à la Une
Publié dans Merit Magazine

MERIT MAGAZINE VOL 8 AOÛT 2022

Bien le bonjour les lecteurs, ça y est le septième volume est là !

Merit, notre journaliste livresque, y a mis tout son cœur et elle a même recrutée du personnel (deux personnes extraordinaires) et elle est fière de vous présenter ce nouveau numéro.

Evidement il n’est pas parfait, alors soyez indulgeant ! Bonne lecture !

Lire la suite de « MERIT MAGAZINE VOL 8 AOÛT 2022 »
Publié dans Mes avis, Mes livres, Sagas

Une couronne d’os et d’épines par Emily Norsken

Chers lecteurs et lectrices,

Ce livre a été lu dans le cadre du Plib 2022 durant lequel j’étais juré. Il est un des 5 finalistes de la sélection. Sera-t-il le gagnant. Je vous laisse mon avis.

Pour en savoir plus sur le plib, je te conseille l’interview que l’organisatrice a donné pour le Merit Magazine de Janvier 2022

Mon avis

Il est difficile pour moi de vous parler de ce livre car il est celui qui je l’avoue mais tentait le moins et que le résumé présenté vous dit déjà beaucoup sur l’histoire.

Avec ce livre, je découvre le travail d’Emily Norsken et la maison d’édition Les trois nornes.

Ce que je retiendrai de cette histoire, c’est l’univers et les premières phrases du résumé qui en sont l’épicentre : servir son royaume qu’importe le prix et qu’importe le moyen. Cette phrase est dogmatique peut faire peur mais elle sera à mon sens le point de départ de tout ce aurez l’occasion de découvrir dans cette univers.

Cependant ce roman de près de 600 pages est pour moi trop gros, il est à mon sens certaines longueurs qui pourrait être gardée si le texte était coupé en deux. En faite, dés le prologue nous sommes plongé dans une histoire qui ralenti dés le début. Il a été difficile pour moi d’aller jusqu’au bout. Ce qui m’a fait tenir la construction de l’univers riche en lieux, descriptions et personnages. Ce livre a été malheureusement trop dense pour moi.

Publié dans Mes avis, Mes lectures, One-shot

Fleurs d’Oko de Laëtitia Danae

Chers lecteurs et lectrices,

Ce livre a été lu dans le cadre du Plib 2022 durant lequel j’étais juré. Il est un des 5 finalistes de la sélection. Sera-t-il le gagnant. Je vous laisse mon avis.

Pour en savoir plus sur le plib, je te conseille l’interview que l’organisatrice a donné pour le Merit Magazine de Janvier 2022

Mon avis

Le résumé de Fleurs d’Oko est intriguant en plein de point. Au royaume de Sangaré se sont les femmes qui sont au pouvoir car c’est une société matriarcale, tout l’opposé de la société dans laquelle on vit actuellement. Ces femmes divisées en tribu dirigent la société. Les hommes, eux, doivent se charger des travaux pénibles et de faire la guerre, le tout en leur obéissant au doigt et à l’oeil.

Dans ce monde, nous sommes Oko, une jeune fille au père présent et aimant et à la mère absente. Cependant pendant l’année de ces 16 ans, Oko perd sont pendant au nom d’une guerre pour la Reine. cette tragédie ne quittera jamais son esprit. Au début de sa vingtaine, elle apprend que le plus grand des envouteur est à la recherche d’un apprenti, elle décidera de s’y présenter. De ce moment décisive, moultes rencontre et péripéties vont entourés la vie d’Oko. dés cet instant, il est difficile de lâcher ce livre tant il vous emporte.

Ce livre est avant tout pour moi une quête initiatique, une recherche d’apprentissage et de connaissance le tout baigne dans une ambiance africaine qui m’a un peu troublé. Cette histoire est rythmée par les rencontres, trahisons et complots en tout genre, qui seront vous garder captif de cet univers.

L’univers, l’écriture m’ont plu. L’histoire nous tient tout du long. Une bonne histoire qui n’est malheureusement pas un coup de coeur. Je n’arrive cependant pas à déceler ce qui m’a déplu. si vous avez lu ce livre, peut-être pourrez vous m’en dire plus.

Publié dans Mes avis, Mes lectures, One-shot

Encens par Johanna Marines

Chers lecteurs et lectrices,

Ce livre a été lu dans le cadre du Plib 2022 durant lequel j’étais juré. Il est un des 5 finalistes de la sélection. Sera-t-il le gagnant. Je vous laisse mon avis.

Pour en savoir plus sur le plib, je te conseille l’interview que l’organisatrice a donné pour le Merit Magazine de Janvier 2022

Avec le plib, vous aurez compris qu’on voyage dans les ME et les styles d’écriture mais aussi dans le monde. J’ai appris que ce livre était paru après « Cendres » de la même actrice. Étant intriguée, je pense me le procurer sous peu.

Autant le résumé plutôt court m’intrigues et me donnait envie, le choix des couleurs et la couverture également, autant l’épaisseur m’a fait reculer plusieurs fois. Une fois passé ce détail, l’histoire s’englouti en quelques jours.

Ce livre, c’est une ambiance, un tout! Nous sommes dans la Nouvelle-Orléans, en 1919 tel qu’on se l’imagine. Il y a un tueur, avec une hache. Oui oui avec une hache. Un peu comme Jack l’éventreur nargue les enquêteurs car oui il laisse des corps derrière lui. Un corps de femmes est retrouvé mutilé dans la ville.

Je vous parlais d’ambiance car oui le criminel demande une chose, du Jazz dans la ville. Pas musique et garde à vous . Il est difficile pour moi da vous en dire plus sans vous spoiler.

Je vous recommande cette histoire, au coin du feu en automne avec des airs de jazz.

Publié dans Mes avis, Mes livres, One-shot

Prospérine virgule point et la phrase sans fin de Laure Dargelos

Chers lecteurs et lectrices,

Ce livre a été lu dans le cadre du Plib 2022 durant lequel j’étais juré. Il est un des 5 finalistes de la sélection. Sera-t-il le gagnant. Je vous laisse mon avis.

Pour en savoir plus sur le plib, je te conseille l’interview que l’organisatrice a donné pour le Merit Magazine de Janvier 2022

Mon avis

Ce livre est un de ceux que j’ai sélectionné du début à la fin, j’étais si contente de le voir dans les finalistes. J’en avais déjà entendu parler, notamment sur le compte de l’influenceuse littéraire, Christiane Tran.

Le résumé très poétique m’a fait pensé à une histoire que j’ai lu il y a longtemps « Le grammaire est une chanson douce » d’Erik Orsenna, qui a une valeur sentimentale pour moi. La lecture m’a permit d’être rassurée sur ce point, ce livre est magnifique, poétique et original. Ce livre été pour moi l’occasion de découvrir le travail de Laure et la maison d’édition Rivka.

Le roman dont la couverture est magnifique par ailleurs nous embarque dans un village de Demi-mot où tout est rythmé par le Texte. Prospérine Virgule-Point et les autres villageois tentent de garder vivant le texte d’un manuscrit inachevé pour sauver leur village. Néanmoins, le village décrépit. Un meurtre a lieu chez une fleuriste qui va chercher à connaitre la vérité.

Ce roman et l’univers qui nous est proposé est original et unique. Drôle, inattendue parfois rocambolesque, ce livre va vous emporter.

Je vous conseille ce roman à 1000 %

Publié dans Mes avis, Mes livres, One-shot

D’or et d’oreillers par flore Vesco

Chers lecteurs et lectrices,

Ce livre a été lu dans le cadre du Plib 2022 durant lequel j’étais juré. Il est un des 5 finalistes de la sélection. Sera-t-il le gagnant. Je vous laisse mon avis.

Pour en savoir plus sur le plib, je te conseille l’interview que l’organisatrice a donné pour le Merit Magazine de Janvier 2022


Mon avis

Je découvre le travail de Flore Vesco par ce livre. La couverture, le titre et le résumé m’ont donné envie de lire ce livre. De plus, n’étant pas très épais, il a été lu très vite.

Le concept de cette histoire a l’air assez simple : un beau Lord, le Lord Handerson cherche une épouse et pour ce faire, il invite des jeunes filles, de bonnes familles à passer un test. Un test pour le moins non conventionnel : passer la nuit seule, sans aide, ni accompagnant, sur une pile de matelas. Comment vous sentiriez-vous ? Car vous l’aurez compris, pas de bal, de jolies robes, de joutes verbales, mais bien passer une nuit dans le château du Lord, un inconnu finalement.

J’avoue que au début j’ai pensé à Orgeuil et préjugés car les jeunes filles doivent se marier pour avoir une place dans la société. On sent, je trouve, qu’elles sont pratiquement prêtes à tout, pour arriver à leurs fins, jusqu’à passer un test, jusqu’à épouser quelqu’un qu’elles ne connaissent pas.

J’ai aimé que les clichés lié aux contes sont récupérer et mis au placard, tourner en dérision. Cependant, on sent que l’on attend des jeunes un certains maintien dû à leur rang. Sadima (que j’ai renommé Sabrina, désolé) n’a pas toutes ces convenances à respecter, elle est femme de chambre, elle va jouer de cela, pour pouvoir se mouvoir comme elle le désire, car d’une certaine manière, on attend rien d’elle. Une héroïne, en décale avec le monde dans lequel elle évolue. Elle est drôle, forte et dynamique.

Il s’agit ici d’un conte, il est tant de parler du prince, le Lord et de l’histoire d’amour. Leur histoire met du temps en à se mettre en place, un jeu et une complicité les lient.

Qui dit conte dit aussi un coté fantastique que j’ai beaucoup, très subtil. Présent avec de la sorcellerie qui apporte un coté assez addictif.

Ce livre est une réécriture d’un conte que j’avoue ne connais pas : la princesse au petit poids.

J’ai aimé cette histoire que j’ai trouvé drôle par moment, entrainante, douce avec beaucoup de sensibilité. Son originalité rend cette histoire unique.

Publié dans Interviews

Interview avec Lidia Spolaor

Bonjour à tous et toutes,

On se retrouve aujourd’hui avec un genre d’article que je ne vous avais pas proposé depuis un moment. C’est le moment de vous faire découvrir une auteure que j’ai rencontré à la Chasse aux livres de Namur, organisé par couler comme l’ancre. Elle écrit a un « Les naufragés du temps » que l’auteure belge Lidia Spolaor a eu la gentillesse de me dédicacer.
Vous pouvez la retrouver prochainement au Salon du livre de Wallonie, à Mons.

Belle Découverte !

Peux-tu nous parler de toi et de ton parcours (études, métier, …) ?

Je m’appelle Lidia, j’ai 31 ans. Je me décrirai comme étant une rêveuse inconditionnelle, mais qui garde pied avec la réalité quand nécessaire. La littérature et le cinéma sont mes plus grandes passions depuis l’enfance. Mes parents possédant une imprimerie, j’ai toujours baigné dans l’univers de l’encre et du papier. Lors de mes études, effectuer un choix lié au secteur de l’imprimerie m’est apparu comme une évidence. C’est donc vers l’infographie que je me suis naturellement dirigée. J’ai obtenu mon diplôme avec qualification et ensuite je suis entrée dans l’entreprise familiale en tant que graphiste. J’occupe ce poste depuis maintenant dix ans et, cette fonction m’a, entre autres, permis de créer la couverture de mon premier roman, avec l’accord de mon éditrice bien entendu.

Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire et où puises-tu ton inspiration ? Quelle est ta relation à l’écriture? Est-ce que tu vis de l’écriture? 

L’envie d’écrire m’est venue en terminant mes études. J’ai été encouragée par ma professeure de Français qui avait eu l’occasion de découvrir ma plume en cours d’année. J’ai toujours été très inspirée par la littérature et le cinéma de façon générale. Mais ma plus grande source d’inspiration, ce sont mes émotions. Sans elles, ma plume manquerait d’essence. C’était un bon début pour me lancer dans l’écriture, par passion. Seulement, avoir envie d’écrire un roman c’est une chose. Atteindre son but en est une autre. Il faut avant tout parvenir à désacraliser l’écriture ce qui n’est pas une mince affaire. J’avais tendance à me sous-estimer, à me décourager à mi-chemin. Le manque de confiance finissait toujours par l’emporter.

Peux-tu nous parler du style de ton roman? Comment l’as-tu abordé ? 

Mon roman est un ouvrage principalement fantastique. Il jongle entre détente et réflexion, entre mystère et thématiques importantes de la vie. J’avais envie d’écrire une histoire centrée sur les émotions, mais je souhaitais l’aborder de façon métaphorique. Disons que j’ai écrit un récit que j’aurai aimé lire et pour cela, j’ai utilisé les ingrédients qui me plaisaient le plus.

As-tu des auteurs ou maisons d’édition chouchou ? 

J’ai eu un coup de cœur il y a quelques années pour la plume de l’auteur espagnol Carlos Ruiz Zafon. Sa tétralogie « Le cimetière des livres oubliés » m’a fortement marquée, par son ambiance brumeuse et gothique, son contexte historique et ses nombreux hommages à la littérature classique.

Comment est née cette histoire ? Peux-tu nous la speecher ? 

Cette histoire est née au cours d’un atelier d’écriture où je me suis inscrite quatre ans plus tôt. Mon intention était dans un premier temps de débloquer certains mécanismes liés à la construction d’un ouvrage, mais surtout d’affronter mes doutes et d’augmenter la confiance en moi nécessaire pour aboutir à ce type de projet. Au fil des exercices donnés par l’animateur, un début de roman s’est construit autour d’une image qui me hantait depuis plusieurs années, celle d’un magasin dont les étagères regorgeaient de cœurs en tout genre.
C’est ainsi que s’est développée l’intrigue « Les naufragés du temps ». Le roman raconte l’histoire d’une jeune femme enlisée dans une relation stérile, dont la vie bascule le jour où elle découvre une ville fantôme nommée « Espérance », un lieu étroitement lié à ses propres émotions.

Couverture. Livre publié aux éditions poussières de lune

Quel est le personnage auquel tu t’identifies et pourquoi ? Quel est ton personnage préféré?

Le personnage auquel je m’identifie le plus est mon héroïne : Alie. Elle contient beaucoup de moi. Sa fragilité, sa passion pour la littérature, son empathie pour les autres et son aptitude à faire passer besoin ses propres besoins en dernier. Mais le personnage que je préfère est celui de Jacob, le gardien du refuge des cœurs perdus, une boutique singulière située au centre de la ville fantôme découverte par Alie. C’est un homme empreint de sagesse qui a la parole et le silence juste. Il passe son temps à soigner les cœurs de sa boutique, il tente de guérir les blessures des autres quand lui n’a sans doute pas encore apprivoisé les siennes. En tout cas, pas totalement.

Quels sont tes sources d’inspiration autant au point de vue de l’histoire, que la mythologie que tu as créés ? 

Je m’inspire beaucoup de l’esthétique des films de Tim Burton ou Guillermo del Toro. Je suis fascinée par les univers sombres, le tragique et les films d’épouvante de manière générale. Tout ce qui fait appel à de fortes émotions. Pour ce qui est de la littérature, la plume de l’auteur Carlos Ruiz Zafon cité un peu plus haut a eu une grande influence sur moi.

Peux-tu nous parler de ta relation à l’édition? Ton parcours, comment as- tu découvert la ME dans laquelle tu es éditée ?  

J’ai découvert les éditions Poussière de Lune via une connaissance. J’ai eu l’occasion par la suite d’échanger avec un de leurs auteurs et de découvrir son œuvre qui m’a beaucoup plu. Quand j’ai eu terminé mon tapuscrit, j’ai décidé d’envoyer mon roman à quelques ME, principalement des petites structures. Je me disais qu’il y avait peu de chance pour qu’il soit accepté voir même lu dans les grandes maisons d’éditions, tant ils croulent sous les manuscrits. Sur les dix éditeurs que j’avais sélectionné, quatre m’ont répondu positivement.

Peux-tu nous parler de tes projets à venir? 

Je suis actuellement en train d’écrire le préquel de mon ouvrage « Les naufragés du temps ». L’intrigue se déroulera 50 ans auparavant et sera centrée sur les personnages secondaires du premier roman, dont Jacob, le gardien du refuge des cœurs perdus. J’y raconte entre autres le déclin de la ville d’Espérance qui, à l’époque, était tout un lieu tout à fait normal. Il y aura également des révélations supplémentaires sur un mystère qu’on pensait résolu. Les deux romans seront totalement indépendants, mais ils se complèteront l’un l’autre.

As-tu un petit mot pour conclure cette interview à nos lecteurs ? 

J’espère que cette interview vous a plus et que je vous ai donné l’envie de vous perdre dans
les brumes de la ville d’Espérance.

J’espère que cet entrevue t’a donné envie de découvrir Lidia et son univers fantastique. Tu peux la retrouver sur ces différents réseaux, notamment Instagram, au salon du livre de Wallonie en octobre 2022.

Tu peux également me suivre sur Instagram et découvrir Lidia et son univers autrement.

Ru

Publié dans Mes avis, Mes livres, Sagas

Paris des limbes – Tome 1 : Le codex de Paris par C.C. Mahon

Chers lecteurs et lectrices,

Le codex de Paris est le deuxième livre que je découvre de l’autrice mais celui-là Aurore m’en avait déjà parlé de long en large, en travers que j’avis l’impression de déjà le connaitre.

Voilà mon petit avis sur la question.

Titre : Paris des limbes
Titre en VO : /
Série Le codex de Paris
Auteur(s) : C.C. Mahon
Publié le : 10 janvier 2020
Genre : urban fantasy
N° de pages : 298 pages
Edition : Allure
Format : ebook – broché (audio)
Prix : 4.99 € – 12 € (audio 9.95 €)


Couverture

Résumé

Germain Dupré est détective à Paris depuis… quelques siècles déjà. Il fait profil bas pour ne pas attirer l’attention de la police ou de n’importe quel humain. Mais quand une femme en détresse vient le supplier de retrouver son époux, Germain accepte. Il ne se doute pas que cette affaire va le mettre sur la piste d’un dangereux codex et du démon qui a un jour transformé Germain en vampire


Mon avis

Le codex de Paris est le deuxième livre que je découvre de l’autrice mais celui-là Aurore m’en avait déjà parlé de long en large. Elle m’avait dit à l’époque, je cite : « Tu dois lire Paris des limbes ». À savoir, j’inverse toujours le titre du tome et de la saga. Là n’est pas le propos, quel est mon avis sur ce livre ? L’ai-je aimé ? Pas de suspense ! C’est un grand oui.

Vous l’aurez compris, nous sommes donc au cœur de la capitale française, Paris. Nous y rencontrons Germain Dupré (très français, le prénom) qui est détective à Paris depuis… quelques
siècles. Un détective pas comme les autres. Germain travaille-t-il avec la police, non. Il travaille seul et essaie de ne pas trop attirer l’attention sur lui, que ce soit des humains ou pire, de la police. Jusqu’au jour où une femme en détresse vient supplier le détective de retrouver son mari.
Seulement, en acceptant cette mission, il retrouvera un codex et … un démon ?

Personnellement, j’ai adoré. Cette enquête est rythmée, fluide, donne envie de lire sans s’arrêter et c’est ce que j’ai fait. Je l’ai ouvert et deux heures après, je fermais le livre et avais hâte d’y retourner.
Cette lecture m’a beaucoup plu. Germain est intelligent, drôle et surnaturel. Que demander de plus ? C’est une très bonne surprise.

La plume de C.C rend la lecture très dynamique, notamment grâce à la façon dont elle décrit la vivacité d’esprit de Germain, son protagoniste principal. On ne reprend son souffle que quand
l’autrice l’a décidé.

Mon petit coup de cœur : en apprendre plus sur la ville de Paris qui est riche et pleine de mystères.

Je n’ai qu’une chose à dire : foncez lire ce livre qui ne demande qu’à être découvert.

Pour en savoir plus sur l’auteure et ses œuvres, avoir des avis autres que les miens, les anecdotes et projets de celle-ci, je te conseille de jeter un oeil au Merit Magazine Hors Serie de Juillet 2022. Je te souhaite une belle découverte.

Publié dans Mes avis, Mes lectures, Mes livres, Sagas

Secrets magiques – tome 1 : Vegas Paranormal/Club 66)par CC Mahon

Chers lecteurs et lectrices,

Une nouvelle découverte grâce à Aurore. Une auteure et un univers que j’ai pris plaisir à découvrir.

Titre : secrets magiques
Titre en VO : /
Série : Végas paranormal / Club 66
Auteur(s): C.C. Mahon
Genre : Urban fantasy
N° de pages : 298 pages
Publié le : 05 novembre 2018
Edition : Allure
Format : ebook – broché
Prix : 4.99 € – 12 €


Résumé

Las Vegas, ses bars, ses créatures surnaturelles et ses tueurs psychopathes.

Erica St Gilles est propriétaire d’un bar réservé aux créatures surnaturelles. Son équipe: un ours au grand cœur, une harpie qui se teint les plumes, un vampire vegan et une trolle un peu geek sur les bords.

Erica se terre derrière les protections magiques de son établissement pour échapper à la vengeance d’un ex sadique. Mais quand un mystérieux tueur s’en prend à ses employés, Erica doit cesser de se cacher et faire face à la part la plus sombre de son passé.

Erica pourra-t-elle vaincre la peur qui lui dicte sa conduite depuis des années ? Un échec serait une condamnation à mort, et pas seulement pour Miss St Gilles.


Mon avis

J’ai découvert cette autrice et ses écrits par l’intermédiaire d’Aurore, qui me fait souvent de recommandations qui me plaisent. Est-ce que cet univers à fait exception ? Non, j’ai adoré. J’ai d’abord commencé ma lecture en format numérique mais l’ai continué en format papier. Cela m’a permis de pénétrer plus intensément dans l’univers.

Dans le résumé, ce qui m’a intriguée, c’est d’abord le lieu où se passe l’aventure, la ville de tous les vices et qui ne dort jamais, Las Vegas et cette histoire de vampire vegan. Je voulais savoir comment ce type de personnage allait être amené.

Plus tard, j’ai appris que C.C. Mahon et Charlotte Munich avaient collaboré ensemble pour créer l’univers Vegas Paranormal. Tout est dans le titre : des créatures fantastiques à Las Vegas. Intriguant, n’est-ce pas ? Dès le début, on est happé dans l’histoire et on tombe directement dans l’action !

Nous suivons Erica, une femme forte, tenancière du Club 66 qu’elle tient d’une main de fer dans un gant de velours. Elle s’aperçoit qu’il manque quelqu’un de son équipe et elle découvre que cette personne a été tuée. Le Club 66 regorge de créatures surnaturelles autant dans les employés que dans les clients du club.

Cette disparition va obliger Erica à tout faire pour protéger ses proches. Le rythme des actions d’Erica donne de la puissance à cette histoire ; on a l’impression qu’elle ne s’arrête jamais. Ce premier tome est dynamique. On découvre les personnages au fur et à mesure. Je pense notamment à Barbie, une harpie avec de grandes ailes, pas commode pour servir dans un bar. Ces scènes ont un coté très drôle. Et puis Matteo, mon coup de cœur. D’abord par son prénom, soyons honnête. Puis par ce qu’il représente : un vampire vegan, oui vous l’avez compris, il ne se nourrit pas de sang humain. J’en oublie certains, mais sachez qu’on suit une petite bande, avec chacun un caractère propre et un rôle à jouer dans cette fantastique histoire.

La plume de l’autrice est agréable et fluide. J’ai hâte de lire la suite.

Pour en savoir plus sur l’auteure et ses œuvres, avoir des avis autres que les miens, les anecdotes et projets de celle-ci, je te conseille de jeter un oeil au Merit Magazine Hors Serie de Juillet 2022. Je te souhaite une belle découverte.

Publié dans Mes avis, Mes livres, Sagas

Vic Swanson : tome 2 – En sens Inverse par Alex Ferder

Chers lecteurs et lectrices,

Vous connaissez Alex Ferder ? Non ? Mais si je vous ai présenté ses écrits Vic Swanson, tome 1 A Double sens par Alex Ferder publié chez AlterReal et Le choix de l’horloge : tome 1 – Pièce et conséquences par Alex Ferder.

Vous vous rappelez ? Vous voulez en savoir plus sur l’auteure, je vous invite à lire le MERIT MAGAZINE VOL 5 MAI 2022

Titre : En sens inverse
Titre en VO : /
Série : Vic Swanson
Auteur(s) : Alex Ferder
Genre : Urban fantasy
N° de pages : 356 pages
Publié le : 22/10/2021
Edition : Alterreal
Format : ebook – papier
Prix : 5.99 € – 19.90 €

Une couverture Badass

Résumé

J’ai fini par me jeter dans la gueule du loup… J’ai intégré une école de magie !

Mon objectif : effacer de ma mémoire la trahison du tigre.

Je passe mes journées avec Joshua, mon professeur de magie particulier qui m’enseigne avec passion tout ce qu’il sait pendant que je prends un malin plaisir à lui en faire voir de toutes les couleurs.

Mais évidemment, mon diable de tigre doit assister à une réunion au sommet, et devinez quoi ? Elle se tient dans l’école où je me terre depuis des semaines ! Que dire de nos retrouvailles ? Explosives ? À la hauteur de nos espérances ? En tout cas, elles sont de courte durée, plombées par le retour impromptu de Jarel dans nos vies.

Nous voilà dans de beaux draps ! Heureusement, je peux toujours compter sur mon équipe de Sensoriels pour voler à mon secours.

Entre complot, trahison et rebondissement, ils ne seront pas de trop pour nous aider à combattre Jarel et son intention – complètement farfelue – de faire de moi sa compagne. Et puis quoi, encore !

Rejoindre une école de magie ? Une belle connerie … Maintenant, il va falloir en sortir !


Mon avis

Pour rappel, il s’agit d’un tome 2. Risque de spoil !

Après avoir lu Le choix de l’horloge : tome 1 – Pièce et conséquences par Alex Ferder, j’étais dans une vibe où je voulais lire ou plutôt relire Vic 2 mais dont je n’avais pas encore écrit la chronique. Est-ce que je suis plus à jour aujourd’hui. Et bien non, car je l’ai fini il y a 3 mois. Je vais donc ouvrir ma liseuse et c’est parti !

Nous retrouvons Vic dans une école, oui oui la détective sensorielle à quitter son tigre et ses amis pour intégrer une école de magie. Parce que vous l’aurez compris Vic n’est pas qu’une sensorielle, elle est également une mage. Une jeune mage qui a découvert qu’elle avait des pouvoirs.

Par Vic, nous rencontrons Joshua, son mentor, son professeur particulier de magie. Il lui enseigne tout ce qu’il sait, avec passion. Nous apprenons beaucoup sur les mages et le monde magique par ses interventions. Toutes les séances d’entrainements de Vic ne sont pas un long fleuve tranquille. J’ai adoré ces moments, parfois suspendus; au figuré; dans le temps. On découvre les mages et leurs pouvoirs. D’une certaines manières, par des dialogues, on nous pose aussi devant les dilemmes et interrogations de Vic, comment faire, comment évoluer, comment se protéger et protéger les autres.

Mais, au plus profond de moi, du genre super profond, j’étais une personne gentille. Enfin, parfois. Sans conditions. Avec certaines personnes. Je serai donc la Ying et le Yang de la magie.

Et Sémaj dans tout ça ? Comment vit-il l’éloignement avec Vic ? On le découvre car le l’énigmatique tigre doit assister à une réunion et elle se tient dans l’école que Vic fréquente. D’une manière ou d’une autre, ils se retrouveront. Des retrouvailles à la Vic et Sémaj que je vous laisse découvrir (prenez vos pop-corn, car c’est à mon sens hilarant)

La vie de Vic est déjà difficile à gérer, alors si on ajoutait un peu de sel en la personne de Jarel. Depuis leur dernière rencontre, pour le moins explosives et révélatrices, Vic se sait en danger. Jarel va tout faire pour …. (je ne vous le dit pas, lisez ce livre pour le découvrir). La bonne nouvelle dans cet enfer personnel se sont les garçons, l’équipe de choc qu’elle forme avec David l’olfactif, Joris l’auditif, Stain le visuel et Karl dont le sens développé est le goût.

On découvre les mages et leur monde, leur traditions, dites autarciques par Vic. Comment ils vivent et comment ils agissent, leurs différents pouvoirs. J’ai adoré en apprendre plus sur eux.

Il se passe plein de choses de la vie de Vic, certains complotent contre elles, certains qu’elle croyait amis ne le sont peut-être pas, Bonjour la trahison. Enormément d’actions, de combats réels ou d’entrainements, de rebondissements et de révélations de ce tome.

Je suis devenue accro à la plume d’Alex Ferder. Je fonce découvrir le troisième de cette saga.