Publié dans Interviews

Interview La Fabrique du Bonheur

Chers lecteurs et lectrices,

On se retrouve aujourd’hui pour une interview spéciale, celle d’Angélique de l’association La Fabrique du Bonheur, blog avec lequel je suis partenaire, j’y rédige des articles sur des livres jeunesse souvent axé jeunesse et Bullet Journal.

Bonjour, j’espère que tu vas bien ? Pourrais-tu me parler de toi et de ton parcours ? 

Bonjour Émilie. 

Te parler de moi ? J’ai 53 ans, ça peut être long (ah, ah). Pour résumer, après des études comptables et financières, j’ai travaillé un peu plus de 10 ans dans une banque. Mais je n’étais pas à ma place : dépression, burn-out… Alors j’ai fait une pause pour suivre une psychothérapie analytique. Pendant ce temps, j’ai repris le chemin de la Fac pour étudier la psychologie. Je suis diplômée (M2). J’ai travaillé environ deux ans dans des structures psy mais j’étouffais à Paris. C’est ainsi que je suis venue en Ardèche en août 2010. 

J’ai fait des petits boulots le temps de découvrir ce petit coin où je n’étais jamais venue. En août 2016, ma vie a croisé celle d’un troupeau de chevaux vivants à l’état sauvage. Ils m’ont fascinée et m’ont guidés vers l’éthologie. C’est ainsi que j’ai suivi et observé ces chevaux pendant un peu plus de quatre ans pour rédiger une thèse sur « le cheval dans la relation thérapeutique » (cognition comparée…). 

Ces chevaux sont en danger sur le sol Français (un peu comme les Mustangs aux états unis). Pendant ce temps d’observation, j’ai réussi à en « sauver » trois : Ganesh (6 ans), Gaya (5 ans), Epona (3 ans). Une aventure pas vraiment réfléchie au départ. Des chevaux impossibles à approcher, c’est un challenge lol. Je voulais ensuite leur trouver une famille mais quand j’ai découvert la réalité des chevaux (courses, centres équestres…) je ne voulais pas leur imposer une vie d’esclave. Ils sont donc toujours avec moi, protégés par l’association que nous avons créé avec mon conjoint.

Tu pourrais nous parler de ton blog, ce que tu y proposes ? Comment t’es venue l’idée de créer ce blog ?

Mon blog est parti de la boutique en ligne de l’association. J’ai cherché quelques idées pour financer cette association avec en idée première du matériel d’équitation (tapis de selle par exemple). Mais je suis une grande fan de lecture et du Bullet journal. Lecture et écriture collent bien à nos activités alors nous avons fabriqué des carnets.

J’avais déjà un blog pour les différentes actions de cette asso mais trop orienté sur la protection agricole de l’environnement. De plus, je suis Médiateur Équin et j’utilise des carnets (notes, écriture, photos…) pour mes patients (majoritairement des ados). La médiation équine est un moment de connexion avec le cheval et la nature, donc sans technologie. Chacun prend ses notes et ses rendez-vous sur un carnet, écriture manuscrite. 

Du coup, le blog regroupe activités culturelles (lecture/écriture/organisation) et les activités « natures » de l’association. Les carnets sont vendus au bénéfice de l’association : nourriture des animaux, achat des plantes pour les terrains sur lesquels nous restaurons la biodiversité (nous avons des contrats avec les municipalités et les particuliers), remplacement du matériel (faux, râteau… livres pour les activités avec les enfants etc…)

Peux -tu nous parler de ta journée type (si tu en as une) ? 

Ma journée commence à 6h : Yoga et méditation sur mon tapis de fleurs. Je prends ensuite un petit déjeuner consistant en lisant. C’est un moment de calme pour faire le plein d’énergie. 

Ensuite, j’ai des journées de travail en extérieur et mes journées de corvées informatiques pour les comptes rendus par exemple. Je m’occupe des chevaux (et de ma santé physique en même temps) en faisant quelques randonnées en montagne. Dans ce cas je travaille pendant la pause : je rédige mes chroniques littéraires, mes articles de blog, mes comptes rendus professionnels.. sur un carnet puisque je n’ai pas internet sur mon antique téléphone portable.

Trois jours par semaine, je reçois en médiation équine (mercredi, samedi après-midi et dimanche). 

Et quand je reste chez moi, je tape tout ce que j’ai rédigé dehors, je fais la compta (total beurk), je sors toutes mes photos, je m’occupe un peu du potager.

Méditation équine

Depuis quand fais- tu du bullet journaling ? Qu’est-ce que ce ça t’apporte ? Comment est-ce que tu le gères au quotidien ? 

C’est mon conjoint qui m’a offert mon premier BuJo quand je rédigeais ma thèse. Je ne savais pas trop ce que j’allais en faire mais cette forme d’organisation est devenue presque addictive. Une aide très précieuse puisque je n’avais qu’un seul carnet dans mon sac à dos pour noter tout en ne perdant jamais la notion de temps.

Au fil des carnet, je continue à adapter mes pages selon mon activité. Ça m’apporte beaucoup de bien être dans son coté ludique, un budget équilibré (oui, je gère aussi avec le bullet, je ne rate plus mes rendez-vous et je peux faire beaucoup d’activités sans me mélanger les pinceaux. J’ai une page d’accueil et un memory book au début de chaque mois – une mémoire en quelque sorte. Ensuite, une liste des articles du mois (blog mais pas que). J’ai un traker d’activités santé, je fais le point tous les soirs (boire 2200ml d’eau, marcher au moins 30mn…). Je m’organise en semaines et je me laisse ensuite des pages pour le quotidien qui sont parfois journal intime, bilan bref, un peu tout ce qui me passe par la tête.

Je fais beaucoup de photos et je scrap mes préférées dans ces pages aussi. 

Sans mon carnet, je suis beaucoup moins performantes. J’arrive à faire tout ce dont j’ai envie grâce à cette organisation.

Parlons littérature, depuis quand lis-tu ? Quel genre ? A quelle fréquence ? 

e lis depuis mes 3/4 ans. Je trouvais des livres dans le greniers de mes grands-parents. J’ai eu ma période bibliothèque rose avec le club des 5, bibliothèque verte et je suis ensuite passée aux philosophes. Désespoir de mes parents à l’époque puisque je demandais des livres et que la bibliothèque devenait toujours trop petite. Selon la saison, je peux lire un livre par jour mais plus généralement un livre par semaine. Je travaille en service presse, j’ai un abonnement à la bibliothèque et depuis le mois dernier, j’ai une liseuse offert par mon conjoint… plus léger à porter en randonnée. 

Tu peux nous parler de tes carnets ? Combien de temps faut-il pour les créer ? 

La création des carnets est variable. Nous récupérons tissus et cartons épais pour les couvertures. L’hiver, David (mon conjoint) se détend en brodant. Ses broderies me servent d’inspiration pour un carnet. Je fais le design des pages. Ensuite, les pages sont imprimées par mini carnets qui seront cousus et reliés par nos petites mains.

Majoritairement, nous avons de la récup, du papier écolabel (recyclé et recyclable).Le temps est vraiment variable et dépend aussi de notre emploi du temps. Bon, plus qu’une journée pour la reliure par exemple.

Maintenant, pourrais-tu nous en dire plus sur l’association ? Comment peut-on vous aider ? 

L’association La Maison Écologique et son oasis a pour but de restaurer la biodiversité avec l’aide des chevaux. Nous sommes bénévoles avec 5 hectares qui nous sont confiés. Le but est de retrouver l’équilibre naturel dans ces espaces (végétal et animal). Nous travaillons donc avec des outils manuels et bientôt Ganesh va apprendre à butter les patates. Nous aidons aussi les petits agriculteurs, notre potager est un lieu de partage de savoir pour éviter les produits chimiques, les énormes tracteurs… Nous prenons soins des arbres et organisons des activités ludiques sur ces thèmes pour les enfants. Par contre actuellement, le passe sanitaire est un énorme frein aux activités culturelles, dommage.

Les adhésions nous aident beaucoup bien sûr ainsi que le choix d’acheter les carnets auprès de l’association. Les commerçants sont assez participatifs et nous donnent cartons, chutes de tissus, papiers… ce qu’ils peuvent. Nous fonctionnons aussi grâce aux dons et à deux ventes dans l’année :

  • des plans de fleurs et légumes + crottin de cheval composté généralement début mai et
  • un petit marché (en ligne) avant Noël.
  • Je propose aussi quelques séances de médiation équine au bénéfice de l’association.

As-tu un petit mot pour nos lecteurs ? 

Je remercie tous les lecteurs des blogs en général car ils participent à la vie d’un mini-journal. Je vais proposer quelques ateliers en ligne alors n’hésitez pas à me faire part de vos envies.

Un grand merci à toi Émilie pour cet interview qui m’a aussi permis de réfléchir à mon actualité 😉 

N’hésitez à regarder l’IGTV sur mon Compte INSTAGRAM ou prochainement sur ma chaine Youtube pour avoir plus d’informations sur l’association

Merci Angélique pour ton temps et ta confiance.

Auteur :

Bibliothécaire - documentaliste en Belgique

Un commentaire sur « Interview La Fabrique du Bonheur »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s