Publié dans Interviews

Interview de Maryline Gavériaux-Georges

Bonjour à tous et toutes, chers lecteurs et lectrices,

Il y a quelques semaines, je vous parlais de Paré à déphasser ? Marilyne Gavériaux-Georges, que j’avais adoré. Aujourd’hui, je vous propose de lire l’interview que l’autrice m’a accordé. Je tiens à la remercier pour le temps et la gentillesse dont elle a fait part.

Bonne lecture

Pouvez- vous nous parler de vous et de votre parcours (études, métier, …) ?

Après le bac, j’ai fait 2 ans de prépa pour devenir ingénieure mais finalement, j’ai choisi de devenir prof (de maths), un métier qui a de nombreux inconvénients, mais l’avantage est de pouvoir un peu organiser son temps de travail comme on l’entend. Surtout quand on a 3 enfants… Difficile donc de se partager entre sa vie de famille, le travail, et l’écriture. Je regrette souvent de ne pas avoir des journées de 48 heures !

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire et où puisez-vous votre inspiration ? Quelle est votre relation à l’écriture? 

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai eu toujours un livre (voire plusieurs!) à la main. L’envie d’écrire à mon tour date de l’adolescence. Mes premiers écrits sont partis à la poubelle, hélas! mais, il y a 5 ans, j’ai retrouvé une amie d’enfance qui venait de publier. Ce fut l’étincelle qui ranima la flamme. Son expérience m’a remise à l’écriture et mon premier roman, Alya, tome 1 d’une trilogie, est paru six mois plus tard. Un grand merci à elle, qui compte parmi mes fidèles lectrices.

Ecrire est pour moi un vrai plaisir, et aussi un échappatoire. Les idées fourmillent dans ma tête, tellement que parfois j’en oublie faute d’avoir pu les noter ! J’éprouve un grand plaisir à concevoir les univers dans lesquels évoluent mes personnages, c’est dépaysant, à mon sens.

Comment est née cette histoire ? Pouvez-vous nous la speecher ?

Paré à déphaser? est mon septième roman. Un matin, je me suis réveillée avec cette idée de voyage instantané qui nous ouvrirait les portes de tout l’univers, un progrès logique. En même temps, je suis toujours révoltée de voir ce que l’homme fait subir à sa propre planète, de là est née cette dystopie, avec le personnage du tyran, tout puissant grâce au brevet qu’il détient, et logiquement, celui de Valentin, à la tête de la rébellion. Le personnage de Kathleen est venu ensuite, il me fallait quelqu’un pour faire le lien. Cette jeune surdouée qui découvre le revers du monde dans lequel elle a grandi et qui choisit de se battre contre la tyrannie s’est ensuite imposée comme personnage principal. Elle change beaucoup et je suis fière de son évolution tout au long du livre.

Quel est le personnage auquel vous vous identifiez et pourquoi ? Quel est votre personnage préféré? 

Je laisse, parfois inconsciemment, une partie de moi dans chacun de mes personnages, mais je ne m’identifie à aucun. Ils sont parfois ce que j’aurais aimé être, parfois le contraire. Dans ce livre, Kathleen et Valentin sont bien entendu mes préférés, mais j’ai une tendresse particulière pour Igor aussi.

Quels sont vos sources d’inspiration autant au point de vue de l’histoire, que du cadre ainsi que les notions scientifiques? 

Tout m’inspire, de mes études à mes lectures, parfois anciennes, autant que les films (l’un de mes fils est fan de Star Wars). Parfois, un simple reportage au journal peut me donner une idée, mon imagination fait le reste. Il suffit souvent de bien peu de choses pour m’inspirer. (OUI une fan de Star Wars ^^)

Si vous avez consulté des ouvrages ou articles, pouvez-vous nous les communiquer ?

Non, je n’ai pas consulté d’ouvrage en particulier. Ma formation a été très scientifique et, même si elle date un peu, c’est sur elle que je me suis appuyée pour le prologue, en particulier, et la description du déphasage. Je suis sûre que je ne suis pas très éloignée de ce qui existera un jour…

Pourquoi écrire du space-opéra ? Est-ce un genre que vous aimez lire ? 

Ca m’est arrivé d’en lire car je lis un peu de tout, sauf ce qui est trop gore: la vie contient assez d’horreurs à mon goût ! J’aime que mes lectures me fassent voyager, dans tous les sens du terme, donc la SFF m’attire plus. J’ai une nette préférence pour la fantasy toutefois, c’est pourquoi mes premiers romans font partie de ce genre.

Pouvez-vous nous parler de vos projets à venir? 

Deux projets sont en cours, malheureusement un peu au point mort actuellement pour cause de changement professionnel à venir. Le premier est une fantasy épique que j’ai commencée l’année dernière mais sur laquelle je suis un peu bloquée: le début est écrit, la fin est dans ma tête, mais il me manque le milieu… Le second, tout juste entamé, sera encore une dystopie mais sans quitter la Terre cette fois ! L’idée m’en est venue pendant le premier confinement, même si ça ne parle pas du tout de pandémie.

Avez-vous un petit mot pour conclure cette interview à nos lecteurs ? 

Croyez en vos rêves, n’abandonnez jamais. N’ont réussi que ceux qui ont eu l’audace d’oser, et le courage de persévérer 😉

Merci pour ce moment, pour ce partage. Venez découvrir le travail de cette auteure.

Publié dans Interviews

Interview de Iléana Métivier (saga Terre noyée)

Bonjour à tous et toutes,

Aujourd’hui, je suis coincée chez moi, dans mon canapé (malade) et je reçois un mail où on accepte une collaboration, à savoir Iléana Métivier qui a accepté de répondre à mes questions suite à la chronique du tome 1 de son roman Terre noyée, l’Elite paru le 22 octobre 2020.

Pouvez- vous nous parler de vous et de votre parcours (études, métier, …) ?

J’aime bien penser que l’on a plusieurs vies dans notre vie.

De mon côté, après avoir alterné pendant des années entre voyages et travail dans le secteur paramédical (j’ai un diplôme d’infirmière), je suis devenue maman. Les deux fils rouges, constantes de ces bientôt trente ans passés sur Terre, sont la lecture et l’écriture. Peu importe où je me trouve sur le globe et ce que je fais, j’ai forcément un bouquin et un papier et un stylo dans mon sac !

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire et où puisez-vous votre inspiration ? Quelle est votre relation à l’écriture? 

C’est lire qui m’a donné envie d’écrire. Enfant, je construisais moi-même mes romans en pliant des feuilles et en les agrafant. Je vous laisse imaginer les illustrations et les histoires d’une fillette de huit ans ! ^^

L’écriture a toujours fait partie de ma vie, mais sous différentes formes (nouvelles, poèmes, rap, romans, lettres… je crois que j’ai fait le tour !) Mon adolescence a été difficile et l’écriture m’a soutenue, m’a portée jusqu’à ce que les nuages au-dessus de ma tête s’étiolent. Aujourd’hui, j’ai appris à choyer ma créativité et elle me le rend bien. Si je n’écris pas pendant quelques semaines, mes doigts me démangent et mes personnages prennent de plus en plus de place dans mon quotidien !

Comment est née cette histoire ? Pouvez-vous nous la speecher ?

Ouch ! Je ne suis pas forte en speetch (ni en pitch, d’ailleurs), mais je vais essayer.

« Annaëlle vit à Capitalia, sommet du mont Blanc devenu île après les Grandes Catastrophes. Intelligente et indépendante, la jeune fille accepte de rejoindre l’École de l’Élite, où sont formés les futurs dirigeants. Mais d’intrigues en secrets, Anna en découvre un peu trop sur ces êtres pas comme les autres… »

J’ai toujours rêvé d’écrire un roman fantastique, mais je ne m’en sentais pas capable. Et puis je ne voulais pas que mes créatures fantastiques soient complètement identiques à celles que l’on trouve habituellement dans ce type de fictions. Bref, mon idée restait trop vague pour que je saute le pas.

Il y a quelques années, lorsque j’ai découvert la dystopie, ça a fait « pop » ! Ces deux genres littéraires se sont entremêlés d’eux-mêmes pour former la trame de « Terre noyée ». J’y travaille depuis 2015, c’est vous dire !

Quel est le personnage auquel vous vous identifiez et pourquoi ? Quel est votre personnage préféré? (J’aime beaucoup Zéa et  Adrian)

Je crois qu’il y a un peu de moi dans tous mes personnages, du coup je peux m’identifier à chacun d’entre eux, ou du moins à une part d’eux.

Comme vous, j’aime beaucoup Zéa. J’aime son rapport à la nature et sa joie de vivre. Elle est une super amie, du genre que l’on aimerait avoir dans notre vie ! Elle a ses zones d’ombre, bien sûr, mais ce sont elles, justement, qui mettent en valeur sa lumière.

Concernant Adrian… OK. J’avoue tout ! Je craque sur lui ! xD Ce que j’aime le plus dans ce protagoniste assez sombre ? Son évolution. Ce jeune homme détient une réelle force en lui pour avancer malgré les épreuves et c’est ce courage que j’aime par-dessus tout !

Anna, bien sûr, en tant que personnage principal, est une chouette fille. Pour tout vous dire, j’apprécie surtout sa transformation dans le tome 2, qui s’accentuera encore davantage dans le tome 3.

En fin de compte, je me rends compte que l’important pour moi est que mes personnages grandissent, apprennent de leurs erreurs et de leurs expériences. Qu’en dites-vous ? Et pour vous, pourquoi Zéa et Adrian ?

–> Ma petite réponse : J’aime bien Anna car c’est par elle qu’on découvre l’univers et donc il est plus facile de s’identifier à elle. Mais je ne sens plus proche de Zéa, Elle est proche de la nature. Pendant ma lecture, elle m’a fait penser à une amie. et Adrian, bon et bien, petit crush. 😉

Pourquoi écrire de la dystopie ? Est-ce un genre que vous aimez lire ? 

Oh oui ! Je suis une grande fan de dystopie, que j’ai découvert réellement avec « Hunger Games », de Suzanne Collins. Cela dit, je me souviens encore de mon tout premier récit dans ce genre-là : « GeMs » de Corinne Guitteaud et Isabelle Wenta. Écrire sur un futur qui se déroule sur Terre m’a fascinée. Pour moi, c’est cette projection sur notre planète qui booste ma créativité !

Pouvez-vous nous parler de vos projets à venir? 

Avec plaisir !

Sachez déjà que « Les Veilleurs », le tome 2 de « Terre noyée », est écrit. Je vais bientôt entamer la grosse phase de réécriture/corrections. J’envisage une sortie courant 2e trimestre 2021.

Viendra ensuite (forcément), l’écriture du tome 3. Mes phalanges me démangent de plus en plus et les personnages commencent sérieusement à s’impatienter ! Le plan est entièrement construit, j’aimerais beaucoup commencer le premier jet d’ici décembre 2020… (Mais je crois que je rêve un peu.)

En parallèle, j’ai aussi un projet de romance historique. Comme l’histoire se déroule dans les années 1890/1910, à l’époque des Suffragettes, j’ai beaucoup de recherches à effectuer. J’adore ça, mais c’est un travail pharamineux. J’y planche depuis des années et, petit à petit, j’y arrive ! Mais ce roman-ci ne devrait pas voir le jour avant 2022, voire 2023 !

Avez-vous un petit mot pour conclure cette interview à nos lecteurs ? 

J’aimerais vous remercier, lecteurs, lectrices, mais aussi blogueurs et blogueuses. Vos retours, vos commentaires, cette interview… tout cela m’encourage à continuer de publier, à continuer de partager mes récits avec vous. Merci !

Je remercie Iléana Métivier pour sa confiance et le temps qu’elle m’accordé. Retrouvez son roman sur son site http://ileana-metivier-auteur.com/ Bonne lecture !

Publié dans Interviews

Interview Elynn Vdb

Bonjour à tous et toutes,

Aujourd’hui, je vous parle d’une auteure belge Elynn Vdb que j’ai eu la chance de rencontrer lors d’une dédicace au Le cérébro à Tournai. Elle a eu la gentillesse de m’accorder une interview suite à la lecture de son premier roman par chez les éditions Heartless, Chasseuse de l’ombre, tome 1 Vox Angeli.

Peux-tu nous parler de toi et de ton parcours (études, métier, …) ?

Bien sûr ! Je suis une auteure belge, j’ai 17 ans. Mes passions sont l’écriture et la lecture (sans surprise), l’Histoire et l’équitation. Si je n’écris pas ou si je ne suis pas à cheval, vous me trouverez certainement dans les champs avec mon chien, Tokyo. J’ai également deux chats, Chips et Blaise. Mes animaux occupent une grande partie de mon temps libre. Je suis en 6eme secondaire (terminale) en latin-littéraire-langues. L’année prochaine, j’irais à l’université de Namur en lettres anciennes. Je veux devenir prof de latin 

Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire et où puises-tu ton inspiration ? Quelle est ta relation à l’écriture?

Je pense que, comme les gens qui commencent un instrument de musique, l’écriture est d’abord arrivée comme un hobby. J’écrivais des brides d’histoire dans des carnets, puis sur Instagram, pour terminer sur Wattpad. J’ai adoré partager mon histoire sur cette platform, pouvoir recevoir les avis des lecteurs. Ça m’a vraiment aidé à améliorer mon style d’écriture et mon histoire. C’est d’ailleurs grâce aux encouragements des Wattpadiens que j’ai osé envoyer mon roman à une maison d’édition.

Ecrire est un grand soulagement pour mon petit cerveau en surproduction. Je peux laisser s’exprimer mes idées, mes valeurs, mes combats à travers les mots. 

Comment est née cette histoire ? Peux-tu nous la speecher ?

Lorsque j’avais huit neuf ans, j’ai fait un rêve qui m’a inspiré les bases de l’histoire. A partir de cette nuit, j’ai commencé à développer « chasseuse de l’ombre » autours de ce songe. 

Pour le teasing, je vous laissé lire le résumé, j’ai toujours peur de trop en dire ! 

« Je revoyais son visage, bercé d’un anneau de lumière dorée. Ses bras qui m’enserraient, tout comme les miens qui refusaient de le lâcher. Nos lèvres jointes. Nos corps l’un contre l’autre. Ce bonheur mêlé de tristesse, ces regrets, tous ces sentiments mélangés. Et toujours ce même désir brûlant, étouffant, de le retrouver.
Vous savez ce qu’il y a de pire qu’un paquet d’Oreo écrasés ? Découvrir que vous ignorez tout de vos origines. Que des créatures surnaturelles en ont après vous et ceux que vous aimez. Que le secret qui vous entoure est encore plus opaque que les dossiers les plus confidentiels de la NASA.
Certains savent qui je suis, qui j’étais, et pourtant ils me mentent tous. Chacun selon ses motivations. Que ce soit mon meilleur ami ou ce dirigeant froid et taciturne. Ou encore ce vampire ultra-puissant aussi assoiffé de mon sang que je peux l’être d’une canette de Fanta. Sans parler de ce garçon aux yeux vert émeraude qui me donne autant envie de l’embrasser que de le frapper et qui, pour une raison obscure, semble m’aimer depuis la naissance même des étoiles.
Je m’appelle Elynn Calandero et je suis officiellement portée disparue. Ha ! S’ils savaient… »

Quel est le personnage auquel tu t’identifies et pourquoi ? Quel est ton personnage préféré? Peux-tu expliquer ta relation avec le personnage principal ?

Je m’identifie évidement plus au personnage principal, Elynn. Lorsque j’ai commencé à écrire « chasseuse de l’ombre », je n’avais aucune intention de faire publier la saga, j’avais donc donné mon nom à l’héroïne. Par après, je n’ai pas voulu le changer. 

Je n’ai pas vraiment de personnage préféré. Tous les personnages ont leur propre histoire, leur propre caractère, leurs particularités. Ils sont tous fantastique à leur façon.

J’ai trouvé quelques points de similitudes avec la saga The Mortal Instruments. Est-ce une saga qui t’a inspiré? 

Oui, TMI fait partie des séries qui m’ont inspiré, je ne m’en cache pas ! 

Peux-tu nous parler de tes projets à venir? 

Après la saga « chasseuse de l’ombre », qui comptera 4 tomes d’ailleurs, il y aura une trilogie hors-série sur l’histoire d’un personnage de la saga après l’histoire principale. J’ai de quoi m’occuper pendant encore au moins deux ans ! Ensuite, je pense écrire une histoire basée sur la mythologie égyptienne dont le personnage principal sera…Cléo !

J’ai déjà un petit extrait : « Attendez une seconde. Je suis donc la réincarnation d’Isis et de Cléopâtre ? Et dans mes deux vies précédentes, j’ai épousé mes frères ? Ça ne me fait pas un arbre généalogique un peu trop compliqué, là ? »

As-tu un petit mot pour conclure cette interview à nos lecteurs ? 

Merci à vous d’avoir pris le temps de lire cette interview ! N’hésitez pas si vous avez d’autres questions 😊. 

Foncez découvrir son roman et craquez pour sa box de Noël pour les fêtes

Publié dans Interviews

Interview de Chloe Boffy

Bonjour à tous et toutes,

Aujourd’hui, suite à ma chronique de Tombe la Neige de Chloé Boffy, je vous propose une interview de l’auteure. Merci à elle pour le temps et la confiance qu’elle m’a accordé. J’avais aussi en début d’année chroniqué un autre de ses roman : « 1001 heures » de Chloé Boffy

Pouvez-vous nous parler de vous et de votre parcours (études, métier, …) ?

J’ai fait des études d’anglais (ce qui est pratique pour lire en VO des romans qui ne sont pas encore traduits chez nous).
J’ai ensuite travaillé longtemps dans l’enseignement comme assistante d’éducation, suivi que quelques CDD en bibliothèque universitaire. J’ai également été directrice de collection pendant trois ans pour les éditions Lune Ecarlate.
Aujourd’hui je me consacre à ma carrière d’autrice, en auto-édition, ce qui m’amène à jongler entre plusieurs casquette: autrice, community manager, correctrice, comptable, graphiste, publicitaire… Ce n’est pas toujours facile mais c’est passionnant.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire et où puisez-vous votre inspiration ?

J’écris depuis que j’ai 6 ou 7 ans, donc j’avoue que je ne me souviens plus vraiment d’où m’est venue cette envie. C’est quelque chose qui m’est venu naturellement, je dirais, tout comme le goût de la lecture.
Je trouve l’inspiration un peu partout, dans mon quotidien, dans les livres que je lis, dans les films et séries, parfois dans mes rêves aussi.

Comment est née cette histoire ? Pouvez-vous nous la speecher ?

J’ai toujours été fascinée par les histoires de jumelles, c’est pourquoi j’ai eu envie de remplacer la rivalité belle-mère/belle-fille par une rivalité entre sœurs (peut-être aussi parce que ma relation avec ma propre sœur a été plutôt chaotique pendant l’adolescence ^^ ).
Nous avons donc d’un côté Neige, froide, ambitieuse et control freak, qui a longtemps été la star du spectacle avec son petit ami Cacciatore, et de l’autre Blanche, gaie, généreuse mais aussi naïve et timorée. Cacciatore va petit à petit se lasser du mauvais caractère de Neige et lui préférer sa sœur, dont il va faire sa nouvelle muse. Cela va faire naître une jalousie grandissante chez Neige.
Pour ce roman je me suis inspirée à la fois du film « Le Prestige » de Christopher Nolan et du roman « Qu’est-il arrivé à Baby Jane » d’Henry Farrell.

Quel est le personnage auquel vous vous identifiez et pourquoi ? Quel est votre personnage préféré?

Je pense que Blanche est le personnage qui me ressemble le plus, mais j’ai un petit faible pour Neige, c’est pourquoi j’ai choisi de la mettre, elle, en avant dans mon histoire.
C’est une jeune femme qui a eu la chance de vivre son rêve et à qui l’on a tout pris. Même si elle semble insensible, elle est profondément blessée et malheureuse. Même si c’est la « méchante » de l’histoire, on ne peut pas s’empêcher de s’attacher à elle.

Pourquoi avoir choisi d’écrire de la réécriture de conte ? Sont-ils importants pour vous ? Votre préféré ?

Les contes sont une source d’inspiration intarissable! Il y a tellement d’interprétations possibles selon qui l’on est, la période de la vie à laquelle on se trouve. Ils ont toujours quelque chose à nous apprendre.
Parmi mes préférés il y a Peau d’Âne et Cendrillon. Et pour les films Disney, je me suis longtemps identifiée à Ariel, puis Belle. Aujourd’hui c’est plutôt Raiponce.

Pouvez-vous nous parler de vos projets à venir?

Ouh là là, j’en ai plein! Plusieurs romances dans différents genres: historique, LGBT, geek romance… La suite de la série Grim Tales (petite exclu, le prochain s’intitulera « Siren’s Song » et s’inspirera de La petite sirène ).
J’envisage également d’écrire des romans dans un tout autre registre (fantastique, horreur) sous un pseudonyme, mais pour ça je ferai une annonce officielle en fin d’année.

Avez-vous un petit mot pour conclure cette interview à vos lecteurs ?

Merci à vous d’aimer mes romans et d’en parler autour de vous, ça me touche beaucoup. J’ai toujours à cœur de vous faire passer un bon moment (j’ai réécrit certains de mes romans trois ou quatre fois avant d’en être vraiment satisfaite) et de vous transmettre des émotions à travers mes histoires.

Merci beaucoup pour votre temps. N’hésitez pas à passer sur son site : www.chloeboffy.com

Bonne lecture

Publié dans Interviews

Interview de Guy-Roger Duvert, auteur de Backup

Bonjour à tous et toutes,

Récemment, je vous ai parlé d’un roman d’anticipation qui traite d’ l’immortalité et de notre identité en tant qu’humain, de la bonne dystopie comme on les aime (comme j’aime 😉 ), Backup. L’auteur, Guy-Roger Duvert m’a accordé du temps et a répondu à quelques unes de mes questions. Je le remercie pour sa confiance et son temps. Voici ces réponses!

Pouvez-vous nous parler de vous et de votre parcours (études, métier,…) ?

Après des études tout d’abord en sciences politiques, puis en business, j’ai très rapidement travaillé en finances, avant de tout laisser tomber pour devenir compositeur de musiques de films. La vie en entreprise ne me convenait pas. Celle de saltimbanque beaucoup plus. C’est encore aujourd’hui mon activité principale en termes de revenus. J’ai ainsi composé la musique de plusieurs long métrages, séries TV, jeux vidéos… Je vis désormais à Los Angeles, et compose de temps en temps des musiques pour une niche particulière : les bandes annonces de blockbusters. J’ai ainsi fourni des musiques pour des bandes annonces de Transformers 3, Prometheus, Green Lanter, Power Rangers…etc.

J’ai progressivement ajouté une seconde activité : la réalisation de films. Et en 2016, j’ai ainsi sorti mon premier long métrage, “Virtual Revolution” (disponible en DVD, Bluray, Amazon, et visible gratuitement pour tous les abonnés Amazon Prime).

Enfin, en 2019, j’ai fini par concrétiser une envie qui me tenait à coeur depuis longtemps, avec l’écriture de romans. J’ai sorti mon premier, “Outsphere”, qui, quelques mois plus tard, a remporté le prix Amazon TV5 Monde, et qui cette année a été sélectionné parmi les 5 meilleurs livres de SF par Livraddict, pour leur concours bi annuel. Backup était montroisième roman, et je travaille en ce moment sur mon 5ème.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire et où puisez-vous votre inspiration ?

Je suis un fan d’anticipation. L’anticipation consiste à se poser aujourd’hui les questions auxquelles on devra répondre demain. C’est donc fascinant. L’inspiration va donc venir d’événements du quotidien, d’un article, de choses comme ça. L’idée de Virtual Revolution, par exemple, est née en 2005 suite à un article que j’ai lu dans le métro, qui parlait des joueurs de jeux comme Everquest 2.

Comment est née cette histoire ?

Pour Backup, l’origine est plus floue. Ca a du etre en lisant l’un des articles expliquant les possibilités futures de digitalisation de l’esprit humain. Pour le coup, ca m’a immédiatement interpelé en termes de possibilités de dédoubler et diviser une personnalité. Cela pose plein de questions et problèmes philosophiques, et c’est ca qui m’a inspiré Backup.

Pouvez-vous nous la speecher ?

Dans un futur proche, chacun peut sauvegarder ses souvenirs, ses pensées, tout ce qu’il est, sur des serveurs, et s’il vient à mourir, sa dernière sauvegarde est téléchargée dans un clone de lui-même. L’immortalité à la portée de tous. Du moins des plus nantis. Aiden, un flic un peu psycho rigide, se retrouve à bénéficier d’un abonnement à ce service d’habitude réservé aux grands de ce monde. Mais lorsqu’il se réveille dans le corps d’un autre, il comprend vite que quelque chose ne s’est pas déroulé comme prévu…

Quel est le personnage auquel vous vous identifiez et pourquoi ?

Dans ce roman, clairement Aiden, le personnage principal. C’est intéressant, car c’est une discussion que j’ai eue avec beaucoup de personnes : si on devait se retrouver face à face avec soi même de dans 5 ans, est-ce qu’on se ferait confiance ? Beaucoup répondent que non. Personnellement, j’aurais tendance à me faire confiance. Et j’ai peut-être tort… 😉

Quel est votre personnage préféré ?

Toujours dans ce roman, outre Aiden, j’ai un petit faible pour Natsuko, qui est le genre de personnage bad ass au caractère bien trempé que j’adore créer. A coté de cela, le quatuor de mercenaires lancés à la poursuite d’Aiden me plait bien. Ils sont au départ des archétypes cyberpunk, mais que j’ai voulu humaniser, leur donnant un vrai background, un passé, des traumas. J’ai vraiment voulu avoir des personnages en trois dimensions et non des gentils/méchants binaires.

Pourquoi écrire de la dystopie ? Est-ce un genre que vous aimez lire ?

Oui, énormément. J’ai du lire tous les Asimov, les Philip K. Dick, pas mal de Jack Vance. J’aime les récits de dystopies pour la même raison que j’aime l’anticipation. Afin d’avoir une petite ligne d’avance sur la réalité, en réfléchissant dès maintenant sur les évolutions possibles à venir.

Le thème de l’immortalité est fort présent dans Backup. Est-ce un sujet qui vous tient particulièrement à coeur ? Votre ouvrage vous a t-il permis de réfléchir plus en détail à ce phénomène?

La réflexion était là avant l’écriture de l’ouvrage, donc le livre lui même n’a pas vraiment fait évoluer mes idées dessus. Ce sont plus mes idées qui ont forgé le roman. Oui, l’immortalité est un sujet qui me fascine. C’est d’autant plus intrigant lorsqu’on sait que scientifiquement elle sera bientot à notre portée. Mais lorsqu’elle le sera, qui en bénéficiera ? Selon quels critères ? L’immortalité n’est qu’un des thèmes du roman, et il ne peut etre dissocié d’un autre, qui est celui de notre identité en tant qu’etre humain. Qu’est-ce qui nous définit ou non en tant qu’individu, en tant qu’etre humain. C’est le genre de questions dans lequel je me régale à me perdre.

Pouvez-vous nous parler de vos projets à venir ? Et de votre saga « Outsphere »?

Pour le moment, j’ai sorti deux romans d’Outsphere. Je prévois le troisième vers l’été 2021. Après la sortie du premier, j’ai été approché par un producteur qui a acquis une option d’adaptation télévisuelle du roman, mais pour le moment, ca n’a pas trop bougé de ce coté là. Après Backup, j’ai sorti un quatrième roman, “Virtual Revolution 2046”, qui est dans un style très proche de celui de Backup. En ce moment, je travaille sur mon 5ème, que j’espère sortir vers janvier. Parallèlement à ca, je continue de bosser comme compositeur. D’ici peu, sur TF1, on entendra beaucoup de mes musiques, mais je ne peux pas trop en dire encore. 😉 Et sinon, en tant que réalisateur, quelques producteurs m’ont placé sur des projets. Si l’un d’entre eux obtient un feu vert, je retournerai en tournage.

Avez-vous un petit mot pour conclure cette interview à vos lecteurs ?

Un grand grand merci de me suivre dans mes délires futuristes. C’est vraiment un plaisir de pouvoir partager toutes ces histoires. J’espère que les prochaines vous plairont tout autant.

Un échange qui donne envie de lire ou relire les classiques de l’anticipation, du teasing, une saga littéraire, de la musique et des films… Foncez découvrir le travail de Guy-Roger Duvert!!!

Publié dans Interviews

Interview Sévérine R – auteure de la saga « Les cœurs pourpres »

Bonjour à tous et toutes,

Récemment je vous ai parlé de mon dernier coup de coeur chez les éditions Heartless, Mordue. L’auteure a eu la gentillesse de prendre du temps pur répondre à mes questions.

Bonjour, merci beaucoup d’avoir accepté de m’accorder du temps pour répondre à quelques questions

Merci à vous pour cette interview.

Pouvez-vous nous parler de vous et de votre parcours (études, métier, …) ?

J’ai 38 ans et je suis maman de deux garçons. En parallèle de l’écriture, je travaille en tant que diététicienne en libéral.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire et où puisez-vous votre inspiration ?

Quand j’étais petite, je racontais souvent des histoires à ma sœur jumelle. Je me rendais compte que j’avais une imagination débordante, mais je ne savais pas comment l’exprimer.

Puis, un jour, je me suis lancée. J’ai pris un crayon et un cahier et j’ai raconté la rencontre de mes parents. C’était un texte court et maladroit, mais j’ai pris du plaisir à l’écrire. Au début, j’écrivais pour moi parce que cela me permettait de déconnecter. Encore maintenant, dès que je finis mes séances d’écriture, je me sens apaisée. Une fois que le manuscrit du tome 1 des cœurs pourpres fut achevé, j’ai franchi le pas pour l’éditer afin de partager le plaisir que j’ai eu à l’écrire.

Je n’ai pas vraiment de sources d’inspirations, mais je reste influencée par mes coups de cœur littéraires ou filmographiques.

Comment est née cette histoire ? Pouvez-vous nous la speecher ?

J’ai rêvé des premiers chapitres. J’aime beaucoup quand je pense à une histoire la nuit, le matin je me sens très motivée pour écrire la suite.

Le récit des cœurs pourpres se passe dans un monde où les humains connaissent l’existence des vampires. Certains humains donnent volontairement leur sang afin d’assouvir la soif des vampires, ce sont « les mordus ». Angie est une jeune fille qui va devenir malgré elle l’un d’entre eux. Elle va être marquée par Laurent, un vampire énigmatique et autoritaire. Sa vie bascule, car elle doit se plier aux règles qu’engendre sa nouvelle condition. Elle va découvrir un monde bien différent du sien où les secrets les plus sombres se révèlent.

Quel est le personnage auquel vous vous identifiez et pourquoi ? Quel est votre personnage préféré? (J’avoue j’adore Laurent malgré tout, pourquoi je ne sais pas hahaha)

Je façonne mes personnages de manière à ce qu’ils aient chacun un caractère spécifique. Forcément, je me sens plus proche de mon héroïne, mais je ne m’identifie pas à elle. Pour moi, être auteur, c’est pouvoir écrire une histoire tout en étant détaché des actions bonnes ou mauvaises des personnages qu’il a créés. Le caractère versatile d’Angie a surpris plus d’un lecteur, mais il était nécessaire pour le déroulement de l’histoire.

J’apprécie Laurent et j’avoue avoir un faible pour lui. Malgré tout, Alban reste un personnage très charismatique que j’aime beaucoup.

Pourquoi avoir choisi d’écrire de la Bit-lit? Est-ce un genre que vous aimez lire ?

Oui, c’est un genre que j’aime lire. J’adore l’urban fantasy où des êtres surnaturels côtoient les humains. Quand on lit de la bit-lit, on entre dans un monde imaginaire et parfois ça fait du bien de s’évader.

J’aime beaucoup les vampires. Ils sont énigmatiques. Ils sont à la fois dominants par le fait qu’ils mordent les humains, mais aussi dépendant de leur sang. Cela engendre une relation sombre et étonnante entre eux, intéressante à travailler.

Vous abordez les sujets de harcèlement scolaire, de mal-être ? Ce sont des sujets qui vous touchent ? 

Oui beaucoup ! C’est un sujet d’actualité récurrent. Maintenant que je suis maman, cela me touche d’autant plus. C’est un fléau qui dure depuis trop longtemps. Les réseaux sociaux ont accentué ce phénomène et c’est important de continuer à se battre pour que les enfants comprennent dès leur plus jeune âge combien il est important de respecter les autres. Ainsi, on peut espérer qu’ils deviennent des adultes un peu plus bienveillants que les générations précédentes.

Pouvez-vous nous parler de vos projets à venir?

 En ce moment, je suis sur un projet d’écriture complètement différent de la bit-lit. J’ai aussi dans l’idée d’écrire un spin-off des cœurs pourpres qui portera sur Rose et Cristian, deux personnages secondaires du troisième tome.

J’ai hâte de découvrir la suite de saga dont je suis déjà fan.

Bonne lecture à tous ! 

Publié dans Interviews

En savoir un peu plus sur Le. monde. de. mjey (Mjey lit et écrit)

Bonjour à tous et toutes,

J’ai relancé en ce début d’année la catégorie interview de ce blog avec Jessica, du blog The Eden of Books – En savoir un peu plus sur The Eden of Books

Aujourd’hui, je vous propose d’en savoir plus sur Mjey qui d’habitude interview les auteurs,. Cette fois-ci, c’est elle qui répond aux questions.

Avant toute chose, peux-tu nous parler de toi ? de tes passions ? 

Depuis mon plus jeune âge mes deux plus grandes passions dans la vie sont l’écriture et la lecture. Mes livres et ma plume sont tout pour moi, je n’ai jamais pu m’en passer et je ne vis que pour ça.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de lire? Qu’aimes-tu dans la lecture ? Qu’est-ce que cela t’apportes ? 

C’est mes parents qui m’ont donné envie de lire, ils m’offraient tout le temps des contes quand j’étais petite et pour moi c’était le plus beau des cadeaux. Tenir un livre entre mes mains, c’était quelque chose de merveilleux pour moi.

Ce que j’aime aussi dans la lecture, c’est que ça permet de m’évader, de rêver et de me sentir moins seule. Les livres m’ont toujours apporté de la joie, ils m’ont réconforté aux instants les plus tristes de ma vie et voilà pourquoi j’aime autant ça.

Un blog, un compte Instagram alimenté régulièrement à plus de 4000 abonnés, qu’est-ce qui t’a donné envie de chroniquer des œuvres et de mettre en valeur tous ces auteurs en les interviewant ?  

Au début de cette aventure j’avais un petit compte juste pour partager de temps en temps mes lectures, et c’est mon ami Anis qui m’a vraiment encouragé à me lancer dans mon premier partenariat avec les éditions Plumes de Marmotte. J’ai donc grâce à lui tenté ma chance, ça a marché pour moi et je lui en suis très reconnaissante de m’y avoir poussé.

Avec le temps j’ai aimé ça, chroniquer, découvrir de nouvelles plumes et les mettre en avant. Il y a tellement d’écrivains talentueux et j’ai cette envie de les promouvoir afin qu’ils soient plus connus et parce que bien souvent ils le méritent.

Bien sûr le chemin est encore long mais je suis contente de ce résultat, ma communauté est mon plus grand soutien et j’en suis très touchée, je ne sais pas ce que je ferai sans eux.

En plus, tu es béta lectrice (en quoi cela consiste?), tu es rédactrice sur @dixilyfr et la fondatrice du challenge #balancetapoésie ?

Être béta lectrice c’est captivant, lire des œuvres bien avant leur sortie, en débattre avec les auteurs et participer à leur projet, c’est fantastique. On apporte notre contribution car notre avis compte pour ces personnes et c’est vraiment une belle expérience.

En ce qui concerne le mag Dixily, c’est tout simplement enrichissant. Mat Bigras a créé un espace pour tous les amoureux de la littérature. Nous pouvons parler de notre passion et de tout ce qui a un lien avec les livres, c’est remarquable ce qu’il fait et je l’en remercie pour ça.

Pour mon challenge : j’ai toujours rêvé de créer un cercle de poètes. Je me rappelle que quand j’étais plus jeune, j’avais regardé le film « Le cercle des poètes disparus » et Robin Williams, cet acteur exceptionnel, m’a fait aimer la poésie. J’ai toujours trouvé ça beau, authentique et c’est ainsi que j’ai lancé mon challenge qui est un succès, et cette réussite je la dois à tous mes fantastiques participants ♥

Qu’est-ce qui te plait le plus lorsque tu interview un auteur ? Comment les organises-tu ? 

C’est leur joie quand je le leur propose, parce qu’ils sentent que je ne m’intéresse pas qu’à leur œuvre, mais aussi à la personne qui a écrit ce roman. Je veux leur donner un espace pour qu’ils s’expriment et j’aime savoir ce qui a donné naissance à toutes ces belles histoires.

Je fais ça aussi pour mes abonnés, ils peuvent grâce à ces articles découvrir de nouveaux auteurs, c’est une rubrique qui plait beaucoup à mes followers et ça me ravit.

Quel est le blogueur.euse, influenceur.euse qui t’inspire le plus? et pourquoi ?

J’en ai pas un ou une précisément, il y en a tellement que je trouve supers. Ils m’ont donné cette envie de me lancer moi aussi et ils m’inspirent chaque jour.

Qu’aimes-tu le plus sur Instagram : le partage, les photos, autre chose, … ? 

Le partage avant tout, depuis que j’ai créé ce compte, j’ai l’impression d’avoir trouvé une seconde famille, je me sens comme chez moi parmi tous ces passionnés. C’est devenu aussi mon cocon, mon univers et mon échappatoire quand mon quotidien est trop dur.

Quel est ton coup de cœur littéraire de tous les temps ? Ton coup de cœur de 2020 et la sortie que tu attends le plus pour 2021 ?

 « Toutes les choses qu’on ne s’est pas dites » écrit par l’auteur Marc Levy, ce livre a changé ma vie et il m’a aidé à m’en sortir. Les personnages principaux de l’histoire me rappellent ce lien fort que nous avions moi et mon papa, qui est parti trop tôt…

Je citerai aussi « La vérité sur l’affaire Harry Quebert » qui a été un énorme coup de cœur pour moi.

Et pour finir je dirai toute la saga d’Harry Potter qui est à mes yeux la meilleure saga de tous les temps.

Il y en a tant d’autres aussi, mais les citer serait trop long 🙂

Mon coup de cœur 2020 ? y en a eu beaucoup cette année, mais je crois que mes coups de cœur littéraires, sont surtout des romans qui m’ont touché et bouleversé. Si je ne suis pas émue par ce que je lis, je n’apprécie pas réellement ma lecture.

La sortie que j’attends en 2021 ? je les attends toutes (rires).

Un petit mot pour nos lecteurs ? 

Tout d’abord je tiens à te remercier toi, pour ton soutien et pour ton amitié. Je pense que c’est ce qui fait la beauté de cette communauté, on tisse des liens avec des personnes formidables, des personnes qui nous donnent envie de continuer même quand c’est difficile, et je les remercie tous pour ça.

Un petit mot aussi pour tes lecteurs : n’oubliez jamais de réaliser vos rêves, car c’est notre raison d’être. C’est ce qui m’a permis de tenir le coup, et parce que vivre sa passion à fond, est la plus  belle chose qui puisse exister en ce monde.

Merci pour ce temps que tu m’as accordé. Foncez sur ces réseaux, allez à sa découverte, aux auteurs et aux livres qu’elle présente !!!

Publié dans Interviews

Interview de Mélanie Lemaire, auteure de « Les brumes du destin »

Bonjour à tous et toutes,

Aujourd’hui, je vous propose de lire l’interview de Mélanie Lemaire, qui a écrit « Les brumes du destin » que j’ai chroniqué.

Bonjour. Merci beaucoup d’avoir accepté de m’accorder du temps pour répondre à quelques questions.

Bonjour ! Merci à vous de m’avoir proposé cette interview.

Pouvez-vous nous parler de vous et de votre parcours (études, métier,…) ?

Je suis née en 1988, dans l’Oise, à Senlis. Fille aînée d’une fratrie de 4 enfants (dont je suis la seule fille), j’ai passé mon enfance entre jeux et découvertes culturelles. Quand mes parents le pouvaient, nous allions visiter des parcs animaliers, botaniques, des musées… J’ai suivi des études assez classiques : un baccalauréat économique et social (pas littéraire car je voulais que la lecture reste une passion sans devenir une obligation), puis j’ai entrepris des études de commerce. A la fois pour travailler sur ma timidité et voyager. Après un BTS de commercial international, j’ai commencé à faire de l’alternance et je suis allée jusqu’en Master 2. Cela m’a permis de trouver un travail qui me plait et qui me permet d’utiliser tout ce que j’ai vu pendant mes études. Aujourd’hui, je suis Gestionnaire Ventes, Transport et Logistique dans une PME et je gère aussi bien le traitement des commandes de nos clients que la relation avec les transporteurs.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire et où puisez-vous votre inspiration ?

J’ai commencé à écrire au collège. Une de mes amies écrivait une dystopie dont nous étions les héroïnes, mélange de Dune et de Resident Evil… Cela m’a donné envie d’essayer aussi alors j’ai cherché une idée. Elle est venue un soir, pendant que je regardais une série télévisée. A la fin de l’épisode, je suis allée dans ma chambre et j’ai écrit treize pages d’un seul coup, sur un petit cahier. Depuis, je n’ai plus arrêté.

L’inspiration me vient souvent de lieux dans lesquels je me rends. Quand je découvre un endroit qui me fait vibrer, j’imagine des histoires qui pourraient s’y dérouler. Pour mon premier roman Le Cœur de Pierre, c’est une maison de Senlis qui m’a inspiré par exemple. Pour mon second roman, il y a un peu plus de sources d’inspirations.

Comment est née cette histoire ?

Les Brumes du Destin est née en deux temps. Au départ, j’ai écrit une nouvelle pour un concours et cela n’a pas fonctionné. Puis je l’ai retravaillée pour le concours « Je deviens écrivain » et je suis arrivée en finale avec le texte qui s’appelait alors Le Cri de la Banshee. Mon papa me demandait sans arrêt d’écrire une suite, mais j’étais déjà en train de travailler sur un autre projet et je n’avais pas d’idée pour faire un roman sur le thème de ma nouvelle. Puis, je suis allée en vacances chez mon oncle et ma tante qui habitaient le Bassin d’Arcachon et un jour, nous sommes allés nous promener à Lacanau-Plage. Je suis restée en arrêt total devant une ancienne villa qui trônait face à l’océan. Elle m’a rappelé un texte que j’avais écrit pour moi quelques années plus tôt et dont je me suis un peu inspirée pour la suite de mon roman. Le soir-même, j’ai envoyé un message à mon papa pour lui dire que j’avais trouvé une idée pour la suite de ma nouvelle. J’ai donc laissé de côté mon projet en construction et j’ai commencé à travailler sur ce second roman.

Pouvez-vous nous la speecher ?

C’est une romance historique sur fond de légendes celtiques, de guerre et de magie. Elle se passe à trois époques différentes, le XVIIIème siècle, la Première Guerre Mondiale et notre époque et nous fait voyager entre la France et l’Irlande.

Quel est le personnage auquel vous vous identifiez et pourquoi ?

Le personnage auquel je m’identifie le plus est peut-être Romaric. Il a cette curiosité et ce goût du voyage, de la découverte que j’ai également.

Quel est votre personnage préféré ?

J’en ai deux : Alistair et Ian. Ils portent tous les deux le poids d’un lourd fardeau et j’aime ce type de personnage un peu sombre, torturé.

Il y a assez de lieux et événements décrits, des légendes, avez-vous effectué des recherches ?

Oh oui ! Quand j’écris, j’aime intégrer mon histoire dans des lieux ou au milieu d’événements existants ou ayant existé. Je trouve que cela donne une touche de réalisme. Cela demande donc des recherches plus ou moins importantes. Par exemple, quand j’ai repris ma nouvelle pour écrire la première partie de mon roman, je me suis renseignée sur les voyages maritimes au XVIIIème siècle, sur les envois de messages par pigeon voyageur, mais aussi beaucoup sur les légendes et la mythologie celtiques.

Avez-vous des ouvrages à nous conseiller ?

J’en ai quelques-uns. Certains ne sont plus édités malheureusement alors on ne peut se les procurer que sur des sites de vente d’occasion.

Pour tout ce qui touche à la culture et aux légendes celtiques, je vous conseille de lire L’Epopée Irlandaise de Roger Chauviré. Il y a deux tomes qui retracent les aventures de héros mythiques irlandais. C’est réellement passionnant.

Et pour plonger un peu plus dans la vie des soldats pendant la première guerre mondiale, vous pouvez vous procurer Les Poilus de Pierre Miquel. Ce livre m’a beaucoup aidé pour comprendre comment les soldats pouvaient vivre.

Pouvez-vous nous parler de vos projets à venir ?

J’en ai beaucoup, mais les prochains sont une série de romans policiers vampiriques. Vous pouvez d’ailleurs découvrir la bêta-version du premier tome sur Wattpad. Le texte s’appelle L’Ombre de Valachie. L’histoire devrait au total compter quatre tomes et une ou deux préquelles. On y suit Eliane, une jeune recrue d’une brigade mixte humains-vampires et Octavian, un Maître Vampire, dans différentes enquêtes.

En parallèle, je fais des recherches et des lectures sur le Japon en attendant de pouvoir y retourner pour écrire une histoire qui se déroulera sur au moins deux époques différentes : le XVIIème siècle et notre temps.

Avez-vous un petit mot pour conclure cette interview à vos lecteurs ?

Je tiens à remercier tous les lecteurs qui donnent une chance à mes romans ou qui le feront dans les mois qui viennent. Surtout, n’hésitez pas à laisser votre avis sur les sites où vous achetez votre roman ou sur les réseaux sociaux. En tant que romancière autoéditée, la seule puissance de promotion de mon livre, ce sont les retours des lecteurs. Et c’est pour moi le meilleur moyen de montrer ce que valent mes romans.

Encore merci de m’accorder cet échange.

Merci à vous pour la chronique et cette interview !

 

Publié dans Interviews

Interview d’Amélie Hurteaux et Christelle Catarsi (auteures de L’affaire Baralando)

Bonjour à tous et toutes,

Suite à ma lecture du roman à quatre mains : L’affaire Baralando : les aventures de Charline et Adèle, que j’ai chroniqué.  Les auteures m’ont accordé l’interview qui suit.

Pouvez-vous nous parler de vous et de votre parcours (études, métier, comment vous vous êtes connues,…) ?

Christelle Catarsi (CC) :  Etudes ? Parcours ? Wahou ça va faire long !! Pour faire court, Je suis diplômée de la fac en nutrition, j’ai repris mes études à 30 ans : anglais, français, science de l’enseignement. Enfin voilà quoi.

J’ai exercé de nombreux boulots (plus de 10) , dans l’alimentation notamment. J’ai eu mon entreprise (traiteur) pendant 7 ans, j’ai été traductrice un court moment et je suis enseignante depuis 6 ans.

Amélie Hurteaux (AH) : Comme Christelle, j’ai aussi exercé différents métiers. Je vais vous la faire courte : au départ j’étais ingénieure et aujourd’hui je suis prof de maths en classes préparatoires aux grandes écoles. Nous nous sommes rencontrées en 2011 à Cabris, un petit village des Alpes-Maritimes. Nos fils étaient dans la même classe et on est devenues copines.

Pouvez-vous nous parler des démarches entreprises entre l’idée d’écrire, écrire à deux et publier ? 

Nous avons écrit une première version de « L’Affaire Baralando » en 2014. Nous avions à l’époque cherché un éditeur et avions même rencontré Gilles Legardinier. Les retours des éditeurs contactés étaient vraiment encourageants, mais notre positionnement au croisement de deux genres (le polar et le feel-good) n’avait pas débouché sur un contrat d’édition. Nous avons ensuite eu chacune différents projets personnels et professionnels, et avions abandonné notre projet de roman. Puis nous nous sommes revues en novembre 2019, et avons décidé de reprendre notre texte et de l’auto-éditer. En avril 2020, notre roman sortait sur les plateformes en ligne. Depuis, on s’est arrachées sur la promo, et grâce à des gentils chroniqueurs comme toi, « L’Affaire Baralando » a dépassé nos espérances ! On peut désormais le commander chez tous les libraires et des séances de dédicaces sont prévues dans le Sud de la France.

IMG_0935
Les auteurs avec Gilles Lagardinier

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire, particulièrement à deux et où puisez-vous votre inspiration ?

CC : On a eu envie d’écrire ensemble parce que nous étions en train de fabuler sur les aventures de Daisy. Ensuite on puise notre inspiration dans notre vie quotidienne et on monte en épingle ces situations pour en faire une aventure romanesque ! Enfin, je crois… Qu’en penses-tu Amélie 😉

AH : Je vis tellement d’aventures rocambolesques dans ma vie de tous les jours (bien souvent malgré moi !) que je n’ai pas besoin d’aller très loin puiser l’inspiration. Mais c’est ça qui est sympa, on part d’une situation ou d’une personne qui existe, et on en fait complètement autre chose… ou pas ! 😉

Comment est née cette histoire ? Pouvez-vous nous la speecher ?

CC : Une femme assez peu sympa a servi de base au personnage de Daisy. On avait du coup besoin d’exorciser sa connerie je dirais. Et franchement, vu le résultat, merci Daisy !

Au début Amélie voulait vraiment qu’on fasse détective !!

AH : C’est clair, merci Daisy !

Quel est le personnage auquel vous vous identifiez et pourquoi ? Quel est votre personnage préféré? 

CC : Je ne peux pas dire que je ne m’identifie pas à Charline puisque à la base on a pris un peu de nous pour faire nos persos. J’avoue qu’à peu près toutes les maladresses de Charline me sont arrivées en vrai… Je vous laisse imaginer ma vie. D’ailleurs, je dois avouer, je suis pire qu’elle en fait.  Je n’ai pas de perso préféré, je les aime tous parce qu’on a vraiment travaillé chacun d’entre eux.

AH : Heureusement pour moi, mon personnage d’Adèle n’est pas autobiographique, même si j’y ai mis beaucoup de moi. Pour cette raison, c’est mon personnage préféré, forcément J même si je les aime tous moi aussi (ah non pas Daisy mdr).

Pouvez-vous nous parler de vos projets à venir ? Un tome 2 est-il en préparation ?

CC : Nous sommes actuellement sur le tome 2 et on avance bien. C’est jubilatoire de continuer l’aventure. Y’a déjà des pistes pour le Tome 3 😉 Enfin Adèle surtout !! J’ai depuis longtemps envie d’écrire pour les ados, c’est dans un coin de ma tête…

AH : Ah oui, le tome 2, il va dépoter ! On suivra toujours les aventures de Charline et Adèle, mais sur une autre enquête. Sans spoiler, ça va se passer dans un lycée, donc forcément on a énormément de matière.

Avez-vous un petit mot pour conclure cette interview à vos lecteurs ? 

Merci de nous lire, et de rire à nos blagues 🙂

Je vous invite à aller lire leurs aventures. Belle lecture !

 

 

Publié dans Interviews

Interview de Judith Bouilloc, auteure de « L’arrache-mots »

Bonjour à tous et toutes,

Aujourd’hui, j’ai  la chance de vous partager l’interview que Judith Bouilloc, auteure de « L’arrache-mots », m’a accordée.

003. Judith, portrait littéraire

  • Pouvez-vous nous parler de vous et de votre parcours (études, métier, …) ?

Bonjour Émilie ! En ce qui concerne mes études, j’ai effectué trois ans de classes préparatoires littéraires, puis j’ai intégré Sciences Po Aix dont je suis diplômée.  En parallèle, de mon master en sciences politiques, j’ai validé une licence de lettres modernes à la faculté de lettres de Provence. Professionnellement parlant, j’ai un parcours plutôt original, avant de me consacrer à l’écriture, j’ai travaillé en clinique, en ambassade, à la SNCF, mais aussi en bibliothèque.

  • Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire et où puisez-vous votre inspiration ?

C’est l’amour de la lecture qui m’a poussé à  écrire l’Arrache-mots. Pour écrire ce roman, j’ai puisé mon inspiration dans toutes sortes d’ univers fantastiques. Je pense aux mondes du cinéaste Hayao Miyazaki ou encore au réalisme magique de l’écrivain Jorge Luis Borges. Et bien sûr, je me suis inspirée d’une foule de romans et contes classiques que l’on retrouve dans le roman: les contes de Perrault et de Grimm, les romans de Jane Austen, les nouvelles de Tchekhov, les contes de mille et une nuits …

  • Pouvez-vous nous speecher « L’arrache-mots »? 

Iliade possède un pouvoir fabuleux : celui d’arracher les mots aux livres pour les transformer en illusions mouvantes. Ce don particulier lui permet de donner vie aux chefs-d’œuvre de la littérature. De retour de la bibliothèque de Pergame où elle travaille, elle reçoit une lettre contenant une invitation à devenir conteuse de la reine d’Esmérie ainsi qu’une demande en mariage de la part d’un homme qu’elle ne connaît pas.  L’arrache-mots s’embarque alors pour une aventure qui la plonge au cœur de la cour de Babel et de ses complots.

  • Comment est née cette histoire?

Elle est probablement née dans mon inconscient lorsque je travaillais en bibliothèque.  J’avais envie d’écrire un livre  pour les ados, un roman fantastique rythmé et drôle qui leur donnerait envie de découvrir les grands classiques de la littérature.

  •  Quel est le personnage auquel vous vous identifiez et pourquoi ? Quel est votre personnage préféré? (J’adore Virginia) 

Il y a un peu de moi dans tous les personnages. J’adore lire comme Iliade. Je me considère féministe comme Virginia. J’aime les plantes comme Florent.  J’espère cultiver le sens de la justice comme Adil. J’ai un sale caractère comme Cassandra. Un côté manipulateur comme Honoré, un côté exubérant comme le roi d’Esmérie. Je suis tous mes personnages. Donc, pas vraiment de préférés !

  • Il y a énormément de références littéraires (ce qui n’est pas pour me déplaire) à des classiques. Les avez-vous tous lus?

Oui tous ! dans leur intégralité, excepté L’Iliade et L’Odyssée que j’ai lues dans des versions abrégées. Et La Divine Comédie de Dante dont je n’ai lu que des extraits.

  • L’arrache-mots aborde les thèmes autour de la royauté, du pouvoir au peuple? Ce sont des sujets qui vous plaisent particulièrement ?

J’ai fait des études de sciences politiques…il me semble que tout ce qui a trait à la politique m’intéresse.

  • Pouvez-vous nous parler de vos projets à venir?  

J’ai un livre qui devait sortir aux Éditions Mame le 10 avril.  Le château intérieur, un conte spirituel illustré par Éric Puybaret. Avec la crise sanitaire, sa sortie a été repoussée à une date ultérieure  et encore inconnue.
En octobre 2020, je publie aux éditions Artège Jeunesse un recueil de contes de Noël illustré par 7 artistes différents.

  • Avez-vous un petit mot pour conclure cette interview à vos lecteurs ? 

Force et courage à tous en ces temps de  confinement ! Éteignez BFM, et lisez si vous le pouvez !

Merci pour ce bel échange! Foncez lire « L’arrache-mots » : coup de cœur garanti!