Publié dans Mes avis, Mes livres, One-shot

Eschaton par Guy-Roger Duvert

Chers lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui, je vous parle de mon dernier coup de cœur d’un roman de science-fiction dystopique ; Eschaton par Guy-Roger Duvert paru le 24 janvier dernier, en auto-édition. Ce n’est pas mon premier roman de cet auteur. Pour en savoir plus, je vous renvoi vers l’Interview de Guy-Roger Duvert, auteur de Backup

Quatrième de couverture

Dans un futur proche, la population est passée du statut d’insouciance à celui d’inquiétude, pour enfin vivre dans la résignation : la planète est trop endommagée, le désastre climatique est en cours, la fin de notre civilisation approche. Et pourtant, hormis un fatalisme ambiant, cela affecte peu le quotidien de chacun. Autant profiter de ce qu’on l’a tant que cela dure.

Casey est un compositeur de musiques de films célèbre, confortablement installé dans sa villa sur les hauteurs de Hollywood. Ayant perdu ses parents, des climatologues faisant partie des derniers à s’être battus pour empêcher la catastrophe, il est comme les autres, profitant des bienfaits d’une existence certes agréable, mais qu’il sait condamnée. À sa propre surprise, il se retrouve contacté par un homme qui prétend connaître la date exacte de la fin du monde, et qui parle d’un programme lancé pour permettre à notre civilisation d’y survivre. Un monde virtuel dans lequel seront copiés les personnalités de tous les plus grands scientifiques et artistes vivants, et duquel ils pourront sortir des siècles plus tard, lorsque la planète sera à nouveau habitable. Pour résumer : lui mourra bien le jour de l’Eschaton, du jugement dernier, mais sa copie digitale lui survivra. N’ayant rien à perdre, il accepte.

Tout bascule lorsque peu après, il tombe amoureux d’Eve, une brillante journaliste. L’idée qu’une partie de lui puisse survivre sans elle devient insupportable. Le couple va alors s’élancer dans une enquête à travers les Etats-Unis, sur fond de fin du monde climatique, afin de localiser le site du programme et en convaincre les responsables d’intégrer Eve.

Mon avis

Avant tout, je tiens à remercier l’auteur pour sa confiance et sa gentillesse. En effet, la parution de ce roman, il m’a proposé de le recevoir. J’en étais ravie. J’ai déjà beaucoup lu de cet auteur et je sais que le style et les sujets abordés me plaisent.

Concernant l’histoire, la quatrième de couverture en dit déjà beaucoup. On suit Casey, un célèbre compositeur de musique qui lors d’une interview rencontre un peintre qui crée en écoutant le musicien. Eve, la journaliste qui les artistes en relation, se découvre une relation, je dirais, amoureuse avec le mélomane. On lui propose d’intégrer un monde virtuel car c’est la fin du monde. Il accepte mais entre temps sa relation avec Eve évolue et ils voudraient tant qu’elle intègre ce nouveau monde.

Mais qu’adviendra-t-il de leur requête ? Je vous laisse le découvrir en plongeant de ce fabuleux roman d’anticipation.

Les sujets et les questions posées sont nombreuses. On y parle musique et quand on sait que l’auteur est compositeur, cela emmène une touche presque scientifique aux notions abordées. On l’y mêle l’art par la peinture et la relation entre elles.

L’humanité est le principal sujet de ce récit. On voit comment les différentes civilisations et peuples ont décidé d’agir par rapport à une fin du monde qui arrive par leur faute. On voit qu’il y a deux manières d’aborder les problèmes, par exemple ceux liés l’écologie. Une des solution trouvée face à cette fin imminente et irréversible est de muter ailleurs. Oui mais qui? L’aspect moral de la question est relevé. Qui? Quels sont les critères pour avoir accès à cette nouvelle vie ? Est-ce juste ?

Pour le style d’écriture, j’ai retrouvé dans ce roman ce qui m’avait plu dans les précédents écrits de l’auteur. Des chapitres courts et immersifs. Un chapitre = une image.

Si vous connaissez cet auteur, je vous invite à lire ce nouveau récit, vous ne serez pas déçu. Si vous ne connaissez pas, je vous conseille à découvrir ces écrits d’anticipation écrit avec finesse, de véritables page-turner addictif. C’es toujours un plaisir à lire et relire.

Du même auteur

Backup par Guy-Roger DuvertAmazon

Virtual Revolution 2046 par Guy-Roger DuvertAmazon

Outsphere par Guy Roger DuvertAmazon

Outsphere 2 : le réveil par Guy-Roger DuvertAmazon

Publié dans Mes avis, Mes livres, One-shot

L’envoûté par Henri Lecana

Chers lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui je viens vous d’une lecture Librinova, L’envoûté par Henri Lecana, un récit fictionné autobiographique.

Quatrième de couverture

Dans ce récit autobiographique, Henri Lecana retrace son parcours depuis l’enfance aux études de médecine, partageant anecdotes, rencontres et moments difficiles qui ont marqué son existence. Au travers de situations cocasses toujours pleines d’humour, nous rencontrons sa famille mais aussi les femmes de ses premiers émois.

Touchant à l’ésotérisme, L’Envoûté nous raconte également l’expérience malheureuse de l’auteur avec la magie noire. Au-delà des principes de rationalité scientifique, de la logique, l’esprit humain possède des ressources insoupçonnées.

Un ouvrage qui nous ouvre de nouvelles perspectives, et invite à percevoir différemment le monde qui nous entoure !

Couverture

Mon avis

Je tiens de remercier Librinova pour l’envoi de ce roman qui je dois l’avouer ne m’aurait pas attiré si on ne me l’avait pas montré. Je précise également que la lecture de ce roman est réalisée hors du jury Librinova pour lequel je suis jurée cette année.

Comme je le laissait entendre, ce roman ne fait pas partie des genres littéraires que je lis et affectionne habituellement. Cependant, en ce moment, je cherche à sortir de ma zone de confort. Ce roman autobiographique me la permit.

Ce récit commence par une préface qui avertit le lecteur sur le contenu de sa lecture à venir. Je pense que cet aparté est bienvenu au vu des sujets abordés. En effet, les évènements décrits se sont réellement déroulés mais l’auteur a pris soin de changer le nom des protagonistes pour j’imagine protéger leur vie privée.

On nous dit également que ce roman peut être lu comme un recueil de nouvelles ou comme un roman classique. J’ai préféré le lire comme un roman et séquencer moi même les « parties ».

C’est une œuvre touchante. La première partie est bourrée d’anecdotes, de passages de vies tristes ou drôles. Ils nous mettent en empathie avec le personnages et ce qui lui arrive.

La seconde partie est plus magique. Certains éléments mettent en lumière des événements qui troublent et remettent parfois en questions des croyances et faits établis. Si vous avez l’esprit ouvert, cette partie pourrait vous envoûter. Ayant un esprit assez cartésien, (j’aime la littérature de l’Imaginaire mais c’est établi que c’est faux) j’ai eu parfois un peu de mal à me laisser aller. De plus, certains chapitres m’ont semblés un peu long.

C’est une jolie découverte mais malheureusement pas un coup de cœur. Cependant, ce récit m’a aidé à sortir de ma zone de confort et donc je remercie les éditions Librinova pour ça.

Si vous aimez vous souhaitez lire un récit aussi bouleversant que magique. Je vous conseille ce roman.

Publié dans Mes avis, Mes livres, One-shot

Faneïa par Lionel Truan

Chers lecteurs et lectrices,

Que diriez-vous si aujourd’hui on parlait de science-fiction : space opéra en discutant mon dernier service presse reçu grâce au site simplment.pro Faneïa par Lionel Truan de 216 pages, paru le 19 février 2021.

Quatrième de couverture

Aux confins de l’univers, le docteur Nolan se prépare à descendre du Phoenix, un vaisseau d’exploration intergalactique, dans le but d’entrer en contact avec la civilisation qui habite Faneïa, une planète nouvellement découverte.

À bord du vaisseau, une défaillance fait exploser les réacteurs. Nolan parvient à s’extirper in extrémis en empruntant une capsule de survie, mais il s’écrase au coeur de l’un des déserts de la planète.

Devenu amnésique à la suite du crash, il va devoir se frayer un chemin dans ce Nouveau Monde et tenter d’y survivre. Entre la tyrannie et la guerre qui déchirent les locaux , les créatures qui en naissent et qui la peuplent, parviendra-t-il à rejoindre les siens sur terre ?

Couverture

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteur pour sa confiance dans ce que je propose sur ce blog. La quatrième de couverture a attiré mon attention et m’a donné envie d’en savoir plus. Ce petit roman de 216 pages est idéal pour entrer dans le monde de la science-fiction.

J’ai beaucoup aimé la structure et l’écriture de ce récit. Les chapitres ont la taille idéal pou nous tenir en haleine tout du long. L’écriture est fluide et simple mais pas simpliste. L’auteur a contextualiser son récit : la terre, son environnement, les Faneïens. Un glossaire est proposé en début de roman pour une facilité de lecture. Je pense que j’aurais préféré l’avoir à l’arrière du roman ou en note de bas de page. Mais l’idée est intéressante et permet de plonger directement dans l’histoire puisqu’on connait le vocabulaire de l’histoire.

Autre élément qui apporte un plus au récit; des illustrations en fin de chapitres (je n’ai pas eu l’accoisions de bien les voir sur ma lisseuse) nous montrent certains animaux, paysages, … J’ai beaucoup apprécié cette intention.

Nous suivons Nolan Lier, un docteur terrien qui échoue sur une planète, qu’il ne connait pas et qu’il va devoir découvrir vite dues aux événements et personnages qu’il va rencontrer. Le docteur fait partie de l’équipage Phoenix un vaisseau en orbite autour de la planète Faneïa. Ils passent une année à observer, analyser, décrypter la planète. Après un accident, le docteur se retrouve seul. Seul ? Non pas vraiment. Il est accompagné de Kuri.

Kuri est une intelligence artificielle (qui se trouve dans le vaisseau) avec laquelle Nolan reste en contact et par laquelle Nolan et le lecteur apprend les informations nécessaires à Nolan et aux lecteurs car il a perdu une partie de sa mémoire suite à l’incident.

Nolan fait la rencontre de Faneïens et une longue aventure commence. Je vous laisse la découvrir avec plaisir.

Au grande amatrice de science-fiction (space opéra ou dystopie ou autre), j’ai beaucoup aimé ce roman que je recommande vivement. Je vous en souhaite une belle découverte.


Publié dans Mes avis, Mes livres, One-shot

Eblouie par le soleil par Séléna Swan

Chers lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui, je vous fait par d’une lecture intrigante, reçue en service presse après ma participation au live Instagram où Je réponds aux questions d’ Addictdelivre. Il s’agit d’Eblouie par le soleil : intrigues à la Cour de Louis XIV par Séléna Swan, en autoédition.

Quatrième de couverture

Hiver 1683, Paris.
Par un concours de circonstances, Lise, une villageoise de dix-sept ans croise la route de Louis XIV. Une confusion inattendue donne la possibilité à la jeune femme d’accompagner le roi dans son nouveau palais à Versailles.
Elle y découvre les fastes et les plaisirs de la Cour, mais également les dessous plus sombres de la Noblesse.
Entre complots et jeux de séduction, Lise va vite réaliser que son séjour au château risque de ne pas être de tout repos.
Surtout si sa véritable identité venait à être révélée…

Mon avis

Avant toute chose, je tiens à remercier l’autrice pour sa réactivité concernant ma demande et sa confiance envers ce que je vous propose. Est-ce que j’avais des craintes concernant cette lecture? Je dois l’avouer, oui. En tant que grande admiratrice de l’époque des Louis (entre autres Louis IX « Saint Louis », les Louis 14 à16), j’avais peur que le bagage que j’ai de cette époque ne soit pas compatible avec les écrits de l’auteure. Je vous assure que ces craintes étaient infondées. Est-ce que j’ai aimé? C’est certain !

On suit Lise, une jeune paysanne qui part un concours de circonstances et de malentendus sur sa personne se retrouve au château de Versailles, accompagnée de Louis XIV. Elle fait tout son possible pour garder sa réelle identité secrète et essaie de se modeler à cette vie de Cour qui cache de cotés sombres, des complots et intrigues.

Dés les premières scènes, les descriptions nous plongent dans le faste de ce 17ème siècle.

Versailles, son Roi et sa noblesse, je trouve que l’autrice a su retranscrire la substantifique moelle de ce lieu et ses personnages historiques. Le Roi est majestueux, détient le pouvoir et est intransigeant. Cependant, je trouve que l’autrice a réussi à lui donner un coté humain à ce personnage historique iconique. La Montespant ! Cette célèbre dame, je ne l’aime pas historiquement parlant. Je ne l(aime pas ici non plus. Elle est entre autres manipulatrice et tel un requin elle attire sa proie et la plonge dans les basfond de la Cour. Quand à Lise, je la trouve très voire trop naïve, ce qui je l’avoue m’a parfois énervé.

J’ai beaucoup aimé l’approche de l’autrice d’alterner les points de vues entre le Roi; qui impose les règles et Lise; qui les découvre et essaie de s’y modeler. Les points de vues sont radicalement opposés et c’est intéressant de connaitre leurs manières de penser.

Je reconnais un travail de recherche et d’informations pour fournir des descriptions des lieux ( Versailles et ses Jardins) d’une justesse et d’une finesse lus que dans des documentaires sur le sujet.

Les complots et la romance nous en haleine tout du long. L’écriture fluide, précise et juste nous plongent dans un univers fabuleux de noirceur.

Je recommande ce roman à tous ceux qui aiment les romans historiques, les romances et la petite histoire dans la grande de Versailles, son château, son Roi et sa noblesse.

Publié dans Mes avis, Mes livres, One-shot

Magma par VII

Chers lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler du dernier service presse que j’ai lu, à savoir Magma par VII chez Anti-monde. Ce petit roman de 205 pages est pour le moins original, découvrez pourquoi dans les lignes à venir.

Quatrième de couverture

Célèbre icône de l’hyperforme, Deborah Sapoznik cherche à prendre ses distances avec le monde de l’art. Le temps d’un été, elle se laisse convaincre d’emménager avec son fils Yoni sur l’île de Napampark. Rapidement, l’adolescent tombe sous l’emprise d’une voisine qui souhaite l’initier à une obscure pseudo-science appelée psynésie. Programmé pour que des mots déclencheurs produisent chez lui de vives réactions émotionnelles, il sombre peu à peu dans la psychose et devient une menace pour tous les habitants de Napampark.

Un univers paranoïde et glaçant basé sur d’effrayantes techniques de contrôle mental. Certainement le roman le plus inquiétant d’un auteur décidément hors norme.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteur pour sa confiance. La couverture, le titre (plus qu’énigmatique) et la quatrième de couverture m’ont attiré. Ce petit bijou de plus de 200 pages (pour 16 chapitres) m’a happé dés les premières lignes du prologue.

Commençons par là, le prologue ! Il nous plonge dans un univers médical. On sent une tension palpable entre les deux personnages qui discutent. On nous explique comment le fils de Deborah Sapoznik a fini interné. Ces premières pages, grâce à l’écriture aiguisée de l’auteur, nous plonge dans cette histoire. Le prologue nous happe, il respire le mystère et donne envie de continuer sa lecture et d’en apprendre plus sur les événements passés.

Le récit nous explique, grâce à des dialogues le monde de la schizophrénie et après la psynésie. J’ai beaucoup appris sans avoir l’impression qu’on m’enfonçait les informations à coup de marteau et burin. Ce monde clinique est présenté de manière tangible. Il est facile d’imaginer les lieux, les environnements, les personnages. Le vocabulaire est spécifique. Il demande un petit temps d’adaptation.

Je lis beaucoup de science-fiction mais ce récit à tiré son épingle du jeu par son approche froide et clinique du contrôle mental. Les rebondissements et retournements de situation nous tient en haleine tout du long. Les personnages évoluent et ont une vraie personnalité.

Les amoureux de science-fiction adoreront ce roman

Publié dans Mes avis, Mes livres, One-shot

Paré à déphasser ? Marilyne Gavériaux-Georges

Bonjour à tous et toutes, chers lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui, en ce dernier jour de l’année, je vous partage mon dernier coup de coeur. Paré à déphasser ? par Marilyne Gavériaux-Georges, paru le 07 mars 2020, un space – opéra, reçu en service presse par le site simplement.pro. J’ai accepté la demande de l’autrice car la quatrième de couverture m’a attiré. Ma référence ultime de space opéra étant Star Wars, j’avais peur d’être déçue. Spoiler : j’ai adoré.

Quatrième de couverture

Vers la fin des années 2000, le scientifique Michael Zanders a découvert un quatrième état de la matière, rendant possible le voyage interstellaire. Deux siècles plus tard, Angus Thunderborn s’est hissé à la tête d’un véritable empire qu’il dirige d’une main de fer. Seul dépositaire des brevets de Zanders, il possède le monopole des voyages intergalactiques, a rétabli l’esclavage et réprime brutalement toute opposition. Des petits groupes de rebelles s’organisent un peu partout pour tenter de le renverser. Parmi eux, celui que dirige le Commandant Valentin. Par deux fois déjà, il a réussi à l’atteindre, mais Thunderborn semble avoir aussi découvert le secret de la vie éternelle. Le combat semble perdu d’avance. Pourtant, l’arrivée de Kathleen, jeune et brillante déphaseuse, révoltée par le comportement de ses semblables, au sein de la Rébellion pourrait bien changer la donne

Mon avis

Ce beau bébé de plus de 500 pages est une tuerie, mon dernier coup de couer de l’année. Je m’ai commencé en faisant la lecture à mon chéri, il est autant sous le charme que moi. Mais je l’ai fini sans l’attendre (OUPS)

Dés le prologue, qui pose les bases dont nous avons besoin pour suspendre notre crédulité, j’étais accro. Le style d’écriture permet une compréhension rapide et complète de l’univers. J’ai quelques connaissances basiques de physique quantique ce qui m’a permis de vite comprendre où l’autrice voulait en venir. Cela ne m’a pas empêché d’être suprise par certains éléments de l’histoire sont je ne vous parlerai pas de peur de vous spoiler.

Le personne que nous suivons Kathleen, simple observatrice, qui a compris que pour survivre dans ce monde dystopique, il fallait suivre le mouvement sans ce rebeller, va vivre des aventures au delà de l’échelle humaine qu’elle représente. Une promotion qu’elle n’a pas demandé mais qu’elle doit accepter et sa vie toute entière est bousculée.

L’histoire est portée d’espoir, d’actions, de rebondissements qui implique qu’on ne peut lâcher ce roman avant de l’avoir terminé.

Je vous recommande ce roman si vous aimez la science-fiction dystopique, space-opéra.

C’est addictive !

Publié dans Mes avis, Mes livres, One-shot

Comment survivre à Noël quand on est introvertie et hypersensible, par Chloé Boffy

Bonjour à tous et toutes, chers lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui, je vais vous parler de la dernière nouvelle de Chloé Boffy, parue le 19 novembre dernier, qui est auto-éditée que vous pouvez retrouver entre autre sur Amazon. Je l’ai reçue en service presse sur le site Simplement.pro grâce à son auteur qui me fait confiance pour la troisième fois.

De cette autrice, vous pouvez retrouver

Quatrième de couverture

Comment survivre à Noël quand on est introvertie et hypersensible ? C’est la question que se pose Coline, adepte du cocooning en solo, quand sa famille bien agitée du bocal débarque chez elle pour les fêtes. Entre les bambins surexcités, le tonton lourdingue et la mère hystérique, l’ambiance promet de ne pas être triste !
Croquez à pleines dents dans cette comédie de Noël qui vous donnera le sourire !

Mon avis

Cette nouvelle d’une centaine de pages, lue au format numérique est idéale pour une soirée détente pendant cette période de fêtes.

On suit Coline, une adolescente introvertie et hypersensible qui se prépare à vivre Noël avec sa famille. C’est un personnage auquel on s’attache rapidement grâce à la plume de l’autrice.

Pas mal de références, parfois drôle, parfois qui touche quelque chose proche de l’humain, une histoire plantée dans un monde totalement contemporain au nôtre. Certaines situations décrites sont familières et drôle. Ce récit pourrait arriver à votre voisine.

Petit coup de coeur de Noël, cette nouvelle pourrait devenir un incontournable des lectures de Noël. J’ai hâte de le relire à Noël prochain. Foncez pour un parfait moment détente.

Publié dans Mes avis, Mes livres, One-shot

Flux : La duologie par Célia Barreyre

Bonjour à tous et toutes, chers lecteurs et lectrices,

On se retrouve aujourd’hui pour que je vous parle d’une duologie paru le 21 octobre dernier « Flux : la duologie » de Célia Barreyre aux éditions Marathon. J’ai reçu ce roman au format e-book en service presse par le site simplement.pro, je remercie son autrice pour sa confiance.

Quatrième de couverture

Lili a 17 ans et vit dans un Centre de Traitement et de Soins pour Adolescents (CETSA) avec d’autres jeunes comme elle, atteints d’un virus mortel appelé « syndrome de Joans ». On ne sait presque rien de ce mal qui provoque de violentes crises, dont la dernière qui interviendra au plus tard vers ses 20 ans, lui sera fatale. Pourtant Lili est une jeune fille comme les autres. Elle n’aime pas l’école, préfère les sucettes, et passe le plus clair de son temps avec ses amis dans ce campus médicalisé. Jusqu’au jour où elle croise le chemin des Jumeaux. Se pourrait-il qu’ils détiennent un incroyable secret qui sauverait Lili ? Et peut-être bien l’humanité tout entière ? Mais qui croira une simple adolescente alors que le monde se bat en vain contre ce syndrome ? Pour se faire entendre, Lili devra faire face à de nombreux obstacles et comprendre ce qu’elle est.

Mon avis

Tout d’abord, j’ai adoré cette duologie, un véritable coup de coeur. Dés les premières lignes, j’ai été par la lecture de ces romans. Je les ai tellement aimé que je les ai publié sur Instagram pour tenter d’attirer le plus de monde. L’univers nous saute au visage et on ne peux plus le lâcher.

Cette duologie est donc divisée en deux : le tome 1, les enfants de Joans et le tome 2 Nous sommes demain. Je vais d’abord vous parler du tome 1 mais avant, je vais vous parler des éléments communs aux deux tommes comme l’écriture, l’univers, …

L’écriture est immersive! C’est avec un réel plaisir qu’on découvre un univers riche en événements en personnages. on a l »impression que ce monde pourrait exister tellement le style est parlant. Les sensations que les personnages ressentent sont transcendés par une écriture fluide, avec vocabulaire simple mais pas simpliste. Les descriptions parfois un peu longues nous décrits des paysages, des expressions de visages, un environnement qu’il est plaisant de retrouver.

Les enfants de Joans nous plonge dans un centre d’études et de soins pour adolescent, appelé CETSA où nous suivons Lili, une jeune fille de 17 ans qui est atteinte du syndrome de Joans la raison pour laquelle elle se trouve dans ce centre. Le syndrome est un virus qui se déclenche en crise chez les ados de 10 à 16 ans. Leur vie est limitée par la maladie. Lili est une ados, un peu rebelle. on suit sn quotidien entre e qu’elle veut ou pas faire, ses cours, ses activités, ses amis (Zee, Val, Yann, Alex, …). Elle va rencontrer des jumeaux qui vont transcender sa vie à travers le Flux. (Je ne vous dirai pas comment, mais dés leur première apparition, j’étais sous le charme). Plus tard, des militaires feront irruption dans la vie de ces adolescents. Beaucoup d’obligations, de questions et peu de réponses … Une histoire intrigante, pleine de rebondissements et d’actions.

Le tome 2 est une suite logique du tome 1. Je vous dirais seulement que nous suivons deux personnages que tout oppose qui se rendent où l’on a laissé Lili et ses amis dans le tome précédent.

Un véritable coup de coeur. J’avais peur que ces 700 pages sont longues à lire mais ce fut un réel plaisir de lire cette dystopie.

Publié dans Mes avis, Mes livres, One-shot

Virtual Revolution 2046 par Guy-Roger Duvert

Bonjour à tous et toutes, chers lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui, je vous parle de la dernière dystopie coups de cœur que j’ai lu grâce au site simplement.pro. Guy-Roger Duvert m’avait déjà fait confiance durant cette année, j’avais chroniqué Backup par Guy-Roger Duvert et il m’avait accordé une interview. Maintenant, on va parlé de Virtual Revolution 2046 par Guy-Roger Duvert qui fait 311 pages et est paru ce 10 août dernier. (2020)

Quatrième de couverture

En 2046, les trois quarts de la population ont fui la réalité, passant leur temps connectés dans des mondes virtuels. Notre société n’est plus la même, désormais scindée entre trois catégories sociales : les Connectés, devenus de véritables junkies virtuels, les Vivants, ceux qui refusent cette technologie, et enfin les Hybrides, partageant leur temps entre virtuel et réel.

À Neo Paris, Nash Trenton, un Hybride ancien flic et désormais barbouze privée, reçoit comme mission d’enquêter sur des phénomènes en apparence surnaturels se produisant en ligne. Se pourrait-il qu’un Dieu existe dans la matrice? À New-York, Genna, jeune surdouée rejetant avec force les attraits de la réalité virtuelle, travaille pour Interpol et se retrouve sur une affaire curieuse de meurtres tous perpétrés par des Connectés. Enfin, à Tokyo, Rei, jeune junkie virtuelle, vit dans un ghetto avec son amie. Les deux sont heureuses, passant leur temps en ligne, jusqu’au jour où des hommes en noir et augmentés cybernétiquement kidnappent son amie et tentent de l’éliminer, elle. Complètement inadaptée à la vie réelle, elle va néanmoins se lancer sur la piste de son amie.

Un Hybride, une Vivante et une Connectée. Trois destins liés dans une société corrompue qui a su répondre aux problèmes d’hier en en créant de nouveaux…

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Guy-Roger Duvert d’avoir renouvelé sa confiance en moi et mes chroniques. Concernant la quatrième de couverture, comment ne pas être attirée par un synopsis pareil. Je suis tombée sous le charme de cette dystopie.

Commençons par le genre : de la science-fiction d’anticipation, de la dystopie. Fermé les yeux et imaginé le monde dans 25 ans (26 à la date où j’écris cette chronique), imaginé un monde où le vie réelle est tellement difficile que la plupart des habitants, Les Connectés, ont décidé de vivre dans un monde virtuel. Le style d’écriture me plait. Il y a assez de descriptions pour facilement imaginer le monde dépeint sans lourdeur.

Les personnages et leur vies sont attachantes grâce à la profondeur de leur écriture, leur actions et réactions au fil de l’histoire. Nous sommes face à 3 sortes de personnages : les Connectés (des junkies virtuels), Les Vivants (ceux qui refusent la technologie) et les Hybrides qui partagent leur vie entre ces deux mondes. Trois personnages, trois histoires entrecroisées avec finesse. Je me sens proche de Nash Trenton, l’ancien flic que l’on commence par suivre, qui est un hybride.

L’auteur sème, égraine des références culturels actuels qui nous parlent mais aussi plus anciennes qui font échos au présent et à la vie des personnages.

Ce roman met en évidence l’influence du virtuel, de l’intelligence artificielle sur l’humain, sa manière de gérer sa relation au réelle, comment il vit sa vie par rapport à son environnement.

Si je vous ai donné envie de lire ce roman et que vous l’aimez. Sachez qu’un film « Virtual Revolution » est sorti en 2016 dans les cinémas. L’action se situe après les éléments de ce roman. Depuis l’adolescence, j’adore lire de la science-fiction car elle permet une réelle réflexion sur nos actions présentes. Guy-Roger Duvert fait maintenant partie des auteurs « Valeur sûr » en matière d’anticipation.

Je vous recommande ce roman et les écrits de cet auteur les yeux fermés! CE roman est dans ma PAL du Cold Winter Challenge dans le Menu , sous catégorie : Carol of the Bells

Publié dans Mes avis, Mes livres, One-shot

Arcanum, l’Expérience par Alissa Brochard

Bonjour à tous et toutes, chers lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui, je vous parle de ma dernière lecture reçue en service presse via le site simplement. pro à savoir, Arcanum – L’Expérience par Alissa Brochard, paru le 22 juillet 2020 chez Sudarène éditions. La principale caractéristique de la maison d’édition est sa souplesse éditoriale. Elle laisse à ses auteurs une grande liberté dans la conception de leur ouvrage.

Quatrième de couverture

Je m’appelle Blake Stewart et je vis une folle aventure. J’ai été choisie par le célèbre « Laboratoire LIFELAB » pour être envoyée sur Arcanum, une île secrète dont le seul accès se veut être le Triangle des Bermudes. Rien que ça !
Mais contrairement à mon binôme et meilleur ami Milo, je n’ai aucune capacité justifiant ma sélection. Le village suspendu ne va pas tarder à s’en rendre compte, et alors je serai foutue. À moins que je ne sois là pour une autre raison ? Une raison que j’ignore encore et que je vais tenter de découvrir. Je sais que cette île regorge de menaces qui rendront ma quête difficile, mais pour protéger ce qui me tient à cœur, je suis prête à tout.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier l’autrice pour sa confiance et m’avoir permis de découvrir son roman et son univers qui m’ont transporter tout au long de ma lecture.

Ce roman de science -fiction d’un peu moins de 400 pages est une très bonne lecture d’aventure et d’action. Ce roman commence In medias res, les personnages sont déjà en action. C’est différent que de commencer par, je m’appelle Machin et voici mon histoire. Dés les premières lignes, j’ai voulu continuer cette histoire.

On suit Blake, qui découvre un monde qu’elle ne connait pas et qu’on apprend à connaitre par son regard. L’univers est riche en lieu et en description qui mène au voyage. On reconnait à l’autrice un style pour décrire les lieux qui est fin et pas lourd. L’endroit est inconnu mais facilement imaginable grâce à l’écriture de l’autrice.

L’autrice de son roman young adult à su créer un univers de science-fiction unique qui tien la route et qui est prenant. Un des sujet qui principalement traité est celui de l’écologie. Ce sujet est traité avec finesse et force. Il est en toile de fond du roman. La science-fiction est le genre idéal pour traiter d’un sujet qui est autant d’actualité.

Ce roman nous tient en haleine du début à la fin. On ne sait pas à quel sauce on va être mangé et ce que l’autrice réserve à ces personnages qu’on apprend à aimer, comme Blake à laquelle il est facile de s’identifier.

Cette lecture m’a porté. Je la recommande vivement à un public adolescent et adulte pour son originalité et son style captivant. J’ai hâte de lire les prochains écrits de l’autrice.