Publié dans Mes avis, Mes livres, One-shot

« L’arrache-mots » de Judith Bouilloc

Bonjour à tous et toutes,

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un roman dont j’ai entendu et lu du bien pendant quelques mois et à l’occasion de la Foire du livre de Bruxelles 2020, je me suis procurée le roman de Judith Bouilloc, « L’arrache-mots » dont la couverture est magnifique.

couv11572331

Mais qui est l’auteure ?

Judith Bouilloc est une écrivaine française dont qui m’a accordé une interview que vous pouvez retrouver ICI. On aborde son parcours, ses projets, …

Quatrième de couverture

« La jeune Iliade a un don merveilleux : le pouvoir de donner vie aux mots et aux histoires. Ce don fait d’elle la bibliothécaire la plus célèbre de tout le royaume d’Esmérie.

Le matin où elle reçoit une demande en mariage presque anonyme, elle n’est sûre que d’une chose : son prétendant est un membre de la famille royale !

Bien décidée à comprendre qui s’intéresse à elle et surtout, pourquoi cette personne lui propose un contrat de mariage si avantageux, Iliade se rend dans la capitale. Là-bas, elle découvre les fastes de la cour… et la froideur de son fiancé. Pourtant, elle finit par s’attacher et à lui et se retrouve, bien malgré elle, propulsée au cœur d’intrigues et de complots auxquels rien ne la préparait. »

Que lisez-vous ?

Des mots, des mots, des mots.

Hamlet, Shakespeare

 Avis

Judith Bouilloc nous plonge dans un monde merveilleux. Iliade (référence à Homère) est bibliothécaire et est une femme remplie de poésie. Elle a un don, elle arrache les mots des plus grands classiques., qui forme des illusions à couper le souffle. L’écriture de Judith Bouilloc m’a permis d’imaginer avec beaucoup de détails les actions qui se passe dans les oeuvres arrachées et les paysages tout aussi fantastique que Babel et ses jardins suspendus.

La faune, la flore et les coutumes sont tantôt familières, tantôt inconnues mais très vite, on s’approprie les lieux comme si nous y étions. Un univers riche en personnages au caractères forts, en beaux paysages pleins de couleurs et en belles lettres qui m’ont donné envie de lire et relire les classiques mais aussi l’oeuvre de Judith Bouilloc.

Je suis conquise par des personnages attachants : Illiade, mamie Cassandra au caractère de feu, Adil et sa foi en la justice et Virginia, la féministe qui croit en elle et en ses principes.

L’histoire nous tient en haleine du début à la fin. J’ai aimé suivre ce personnage qui entre en collision avec un monde tout en politique et vie de cour ainsi qu’en complots auquel Iliade et nous-même ne nous attendions pas.

C’est avec une grande joie que je redécouvre certaines œuvres, la belle plume et les beaux mots d’ auteurs de renom.

Cette lecture cocooning m’a procuré un bien fou, m’a détendu et m’a fait découvrir un monde merveilleux. Un café/un thé, un plaid et cette oeuvre vous passerez à coup sûr un très bon moment.

Avez-vous lu « L’arrache-mots » ? Connaissez-vous l’oeuvre de Judith Bouilloc? Foncez! C’est fantastique!

 

 

Publié dans Interviews

Interview de Judith Bouilloc, auteure de « L’arrache-mots »

Bonjour à tous et toutes,

Aujourd’hui, j’ai  la chance de vous partager l’interview que Judith Bouilloc, auteure de « L’arrache-mots », m’a accordée.

003. Judith, portrait littéraire

  • Pouvez-vous nous parler de vous et de votre parcours (études, métier, …) ?

Bonjour Émilie ! En ce qui concerne mes études, j’ai effectué trois ans de classes préparatoires littéraires, puis j’ai intégré Sciences Po Aix dont je suis diplômée.  En parallèle, de mon master en sciences politiques, j’ai validé une licence de lettres modernes à la faculté de lettres de Provence. Professionnellement parlant, j’ai un parcours plutôt original, avant de me consacrer à l’écriture, j’ai travaillé en clinique, en ambassade, à la SNCF, mais aussi en bibliothèque.

  • Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire et où puisez-vous votre inspiration ?

C’est l’amour de la lecture qui m’a poussé à  écrire l’Arrache-mots. Pour écrire ce roman, j’ai puisé mon inspiration dans toutes sortes d’ univers fantastiques. Je pense aux mondes du cinéaste Hayao Miyazaki ou encore au réalisme magique de l’écrivain Jorge Luis Borges. Et bien sûr, je me suis inspirée d’une foule de romans et contes classiques que l’on retrouve dans le roman: les contes de Perrault et de Grimm, les romans de Jane Austen, les nouvelles de Tchekhov, les contes de mille et une nuits …

  • Pouvez-vous nous speecher « L’arrache-mots »? 

Iliade possède un pouvoir fabuleux : celui d’arracher les mots aux livres pour les transformer en illusions mouvantes. Ce don particulier lui permet de donner vie aux chefs-d’œuvre de la littérature. De retour de la bibliothèque de Pergame où elle travaille, elle reçoit une lettre contenant une invitation à devenir conteuse de la reine d’Esmérie ainsi qu’une demande en mariage de la part d’un homme qu’elle ne connaît pas.  L’arrache-mots s’embarque alors pour une aventure qui la plonge au cœur de la cour de Babel et de ses complots.

  • Comment est née cette histoire?

Elle est probablement née dans mon inconscient lorsque je travaillais en bibliothèque.  J’avais envie d’écrire un livre  pour les ados, un roman fantastique rythmé et drôle qui leur donnerait envie de découvrir les grands classiques de la littérature.

  •  Quel est le personnage auquel vous vous identifiez et pourquoi ? Quel est votre personnage préféré? (J’adore Virginia) 

Il y a un peu de moi dans tous les personnages. J’adore lire comme Iliade. Je me considère féministe comme Virginia. J’aime les plantes comme Florent.  J’espère cultiver le sens de la justice comme Adil. J’ai un sale caractère comme Cassandra. Un côté manipulateur comme Honoré, un côté exubérant comme le roi d’Esmérie. Je suis tous mes personnages. Donc, pas vraiment de préférés !

  • Il y a énormément de références littéraires (ce qui n’est pas pour me déplaire) à des classiques. Les avez-vous tous lus?

Oui tous ! dans leur intégralité, excepté L’Iliade et L’Odyssée que j’ai lues dans des versions abrégées. Et La Divine Comédie de Dante dont je n’ai lu que des extraits.

  • L’arrache-mots aborde les thèmes autour de la royauté, du pouvoir au peuple? Ce sont des sujets qui vous plaisent particulièrement ?

J’ai fait des études de sciences politiques…il me semble que tout ce qui a trait à la politique m’intéresse.

  • Pouvez-vous nous parler de vos projets à venir?  

J’ai un livre qui devait sortir aux Éditions Mame le 10 avril.  Le château intérieur, un conte spirituel illustré par Éric Puybaret. Avec la crise sanitaire, sa sortie a été repoussée à une date ultérieure  et encore inconnue.
En octobre 2020, je publie aux éditions Artège Jeunesse un recueil de contes de Noël illustré par 7 artistes différents.

  • Avez-vous un petit mot pour conclure cette interview à vos lecteurs ? 

Force et courage à tous en ces temps de  confinement ! Éteignez BFM, et lisez si vous le pouvez !

Merci pour ce bel échange! Foncez lire « L’arrache-mots » : coup de cœur garanti!

 

Publié dans Films et séries, Piles à lire

Ces films que je regardes une fois par an – Partie 2

Bonjour à toutes et tous,

Nous sommes, comme vous le savez, en confinement. C’est pourquoi, aujourd’hui, je vais vous parler de ces films que je regarde au moins une fois par an dont je ne me lasse et dont je pense, je ne me lasserai probablement jamais, deuxième partie.

Ce sont des films en vrac. Je ne les ai pas trier par genre ou catégorie. Vous pouvez retrouver la première partie ICI. 

Fight Club

Voici un film que j’ai découvert à l’adolescence. Mais attention, la première règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club. La seconde règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club. Troisième règle du Fight Club : quelqu’un crie stop, quelqu’un s’écroule ou n’en peut plus, le combat est terminé. Quatrième règle : seulement deux hommes par combat. Cinquième règle : un seul combat à la fois, messieurs. Sixième règle : pas de chemise, ni de chaussures. Septième règle : les combats continueront aussi longtemps que nécessaire. Et huitième et dernière règle : si c’est votre première soirée au Fight Club, vous devez vous battre. [Brad PittFight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls]. 

Cette réplique est issue du film sorti en 1999 de David Ficher qui est l’adaptation du roman éponyme de Chuck Palahniuk, sorti en 1996, Fight Club ! Au casting, Brad Pitt dans le rôle de Tyler Durden, Edward Norton dans le rôle du narrateur (Jack ou Joe dans le roman) et Héléna Bonham carter dans le rôle de Marla Singer.

Ses répliques, son ambiance, la manière brutal qu’à le film a de nous monter que la société bat de l’aile, … une histoire sombre, bouleversante, captivante. La narrateur « Jack » (Edward Norton) s’ennuie. Il n’a aucun projet, aucun but. Il rencontre Tyler Durden. Ils vont boire un verre et ma réplique préférée arrive.

– On est des consommateurs. On est des sous-produits d’un mode de vie devenu une obsession. Meurtres, banditisme, pauvreté, toutes ces choses ne me concernent pas. Ce qui me concerne moi ce sont les revues qui parlent de stars, la télévision avec 500 chaînes différentes, les slips avec un grand nom marqué dessus, le viagra, les repas minceurs…
– Madame Propre ?
– J’emmerde madame Propre ! Madame Propre elle astique les cuivres du Titanic ! Tout est en train de couler, mec. Alors merde ! j’emmerde tes canapés à motif, tes strings à rayures vertes bordel ! Moi je te dis ne soit jamais complet, je te dis arrête d’être parfait. Je te dis qu’il faut évoluer et que ce qui doit arriver arrive.

J’ai vu le film avant de lire le roman. Ensuite, j’ai re-regardé le film. Ils nous portent tous les deux dans une ambiance de révolte, de projet, de combat et de ne jamais s’arrêter malgré la difficulté. C’est ce que j’ai décidé de retenir de cette expérience.

Le cercle des poètes disparus

Comment parler de mes films préférés sans parler du « Le cercle des poètes disparus » ou Dead Poets Society

En 1959, aux États-Unis, Todd Anderson, un garçon timide, est envoyé dans la prestigieuse académie de Welton, réputée pour être l’une des plus fermées et austères du pays et où son frère aîné a suivi de brillantes études. Il y fait la rencontre d’un professeur de lettres anglaises aux pratiques pédagogiques plutôt originales, M. Keating, qui encourage le refus du conformisme, l’épanouissement des personnalités par la vie en poésie, l’art de profiter de l’instant présent et le goût de la liberté. Certains élèves vont redonner vie au cercle des poètes disparus, un groupe d’esprits libres et oniriques. 

Ce film  représente mes premiers amours littéraires. Et vous, que représente-il pour vous?  Ho capitaine, mon capitaine !

Hook ou la revanche du capitaine crochet

Robin Williams, que dire? C’est homme est génial, a un talent de fou. Ma réplique préférée est :  » Crochet,  Crochet , j’t’ai accroché » . Ce film de 1991 par Steven Spielberg, je le regarde à chaque fête de fin d’année? Et vous ?

Légendes d’automne

Magnifique romance avec Brad Pitt, ce film de Edward Zwick  sorti en 1995 montre entre autres les ravages de la guerre sur un homme.

Le synopsis est le suivant : Au cœur des contrées sauvages du Montana, trois frères, Alfred, Tristan et Samuel sont élevés par leur père, le colonel William Ludlow et ses amis indiens. Un jour, Samuel, le plus fragile, présente sa ravissante fiancée, Susannah à sa famille. Les trois jeunes hommes s’engagent dans la première Guerre Mondiale et Samuel décède sur le champ de bataille. A leur retour, Tristan et Alfred se battent pour conquérir le cœur de la belle veuve.

Je vous conseille la vidéo d’une amie pour vous mettre dans l’ambiance : ICI

La deuxième partie est terminée. Quels sont les films que vous regardez au moins une fois par an? Des films cultes ou inconnus ? Des répliques vous ont-elles marqués et forgés l’adulte que vous êtes aujourd’hui ?

 

Publié dans Films et séries

Ces films que je regardes une fois par an – Partie 1

Bonjour à toutes et tous,

Aujourd’hui, je vais vous parler de ces films que je regarde au moins une fois par an dont je ne me lasse et dont je pense, je ne me lasserai probablement jamais.

Les sagas

La saga Harry Potter

On ne la présente plus la saga « Harry Potter » : de la magie, une histoire d’amitié, de pouvoir, de créatures magiques et d’aventures. Je me lance comme défi de lire tous les « Harry Potter » sur ma période de vacances de Noël et de regarder les 8 films. De films et des livres parfaits pour la période hivernale.

La trilogie Matrix

Depuis que j’ai découvert « Matrix » a l’adolescence, je ne me lasse pas de regarder les 3 opus. J’y vois une manière de penser plutôt philosophique : « pour gagner, il faut arrêter de se battre ». Une vidéo de Durendal a fait le point sur cette saga de j’adore. Je vous conseille ces chroniques et c’est « Pourquoi j’ai raison et vous avez tort ».

Les chroniques de Narnia

Après cette scène de bataille de premier opus de la saga qui m’a littéralement emporté dans un autre monde. Cette musique est un pic adrénaline droit dans les veines. Je déplacerais des montagnes quand je regarde ces films. Je ne pas encore lu le livre mais il fait partie de ma Bucket list spécial lecture. Avez-vous une ou plusieurs Bucket list ?

Films de danse

La danse a toujours fait partie de ma vie et a eu une grande importance dans celle-ci. Ma maman m’a fait découvrir les films de son adolescence et de sa vie de jeune femme.

Je pense à Dirty Dancing, Grease ou encore Footlose (1984) et (2011 que l’on a découvert ensemble) sans oublier la saga Step-up avec une grosse préférence pour le premier et sa scène finale.

1cfbf65ff5bb506dff98e4e02be4fa48
Lien vers la scène finale

Films liés au monde militaire

Le dernier château

Condamné par la Cour Martiale, le général Eugène R. Irwin de l’U.S. Army (Robert Redford) est tenu responsable de la mort de huit soldats. À la suite de cela, il doit purger une peine dans une prison militaire de haute sécurité appelée Le Château. Le Colonel Winter, qui dirige ce centre de détention, veille à ce qu’Irwin n’ait droit à aucun privilège quel qu’il soit. Au grand étonnement de Winter, les autres prisonniers se mettent à respecter Irwin et à le saluer comme le ferait un soldat à son général, et ce, même si son grade lui a été enlevé. Winter voit rouge : les saluts sont formellement interdits dans son pénitencier. Avec l’aide de tous ses compagnons de cellule, Irwin va mettre en place sa propre armée pour organiser une véritable insurrection et piéger le directeur corrompu de la prison. Son armée va devenir disciplinée et respectée, un soldat restera toujours un soldat..

6309_fr_le_dernier_ch_teau_1310561145561
Affiche du film

Ce film sorti en 2001 mais vu à l’adolescence m’a marqué par ses messages de respect, d’honneur, de courage, … Ce monde m’a toujours attiré et m’attire toujours. Le jeu d’acteur, de multiples retournements de situations, une tension présente dés la première seconde. Regardez ce film, vous en ressortirez différents!

Puis, Robert Redfort en uniforme ou torse nu, ça ne se refuse pas. Cet homme est tellement charismatique. Je pense que grâce à lui, il y a eu des vocations.

A armes égales

Ce film est pour moi, un classique en matière de film féministe. Il montre comment une femme est capable des mêmes choses que les hommes, elle peut avoir les mêmes compétences peut-être les surpasser. Quand j’ai découvert ce film, c’était une claque.

Dans le cadre d’un programme expérimental censé mener à l’ouverture aux femmes des unités de l’armée américaine qui leur sont encore inaccessibles, la sénatrice Lillian DeHaven (Anne Bancroft) choisit la jeune lieutenant Jordan O’Neil (Demi Moore) – devenue mon héroïne pendant des années –  pour être la première femme à suivre l’entrainement rude et sélectif des Navy SEALs (forces spéciales américaines). Nombreux sont ceux qui souhaitent voir O’Neil échouer.

19419121_fa1_vo
Image issue du film

Plusieurs citations ont forgé l’adolescente que j’étais quand j’ai vu ce film sortie en 1997, réalisé par Ridley Scott.

Je n’ai jamais vu une bête sauvage s’apitoyer sur son sort, un oiseau préférera mourir gelé et tomber de sa branche plutôt que de se plaindre

Cette réplique résonne encore en moi maintenant.

La douleur est votre amie et votre alliée. C’est elle qui vous dira que vous êtes blessé sérieusement… elle vous tiendra éveillé, elle vous mettra en colère… Elle vous rappellera que vous devez finir votre job et rentrer chez vous ! Mais vous savez ce qu’il y a de mieux dans la douleur ? C’est que grâce à elle vous savez que vous n’êtes pas encore mort.

Ce sont des répliques fortes et dures. Elles m’ont indiqués la marche à suivre pendant des années. Je pourrais vous parler plus en détails de ce film. Si cela vous tente, n’hésitez pas à me le faire savoir.

 

La première partie est terminée. Quels sont les films que vous regardez au moins une fois par an? Des films cultes ou inconnus ? Des répliques vous ont-elles marqués et forgés l’adulte que vous êtes aujourd’hui ?

Sur base de ces films, pensez-vous pouvoir trouver les films de la deuxième partie?