Publié dans Films et séries

CODE 8

Bonjour à tous et toutes,

Aujourd’hui, nous allons parler d’un film… Un film disponible sur Netflix … qui contient une double dose d’Amell … et qui met en scène un monde dystopique. Que demander de plus? Une chronique neutre? Ça va être un peu compliqué, j’avoue !

Parlons un peu du film

« Code 8 » est un film original Netfilx (disponible depuis le 14 janvier 2020) de Jeff Chan avec comme acteurs principaux les cousins Amell, Stephen (Arrow) et Robbie (Legends of Tomorrow) ainsi que Laysla De Oliveira. C’est un film de science-fiction (tout ce que j’aime), une dystopie bien ficelée avec de l’action et des enjeux.

Le speech 
Le film nous est proposé avec un speech court mais attrayant.
« Dans un monde où 4% de la population est née avec des pouvoirs supernaturels, où les personnes étant dotées de ces capacités sont pauvres et discriminées, un homme se bat pour payer le traitement médical de sa mère. Il est bientôt attiré dans un univers criminel lucratif. » [Sériebox]

On suit Connor Reed (Robbie Amell) qui a des pouvoirs mais les cache car c’est comme ça qu’il a été élevé. En effet, dans ce monde, les personnes dotée de pouvoirs ont construit la ville où se passe l’action.  Cependant, les machines ont pris le relais et on n’avait plus besoin d’eux. Une discrimination est née envers ces personnes extraordinaires, ils doivent annoncés qu’ils ont des pouvoirs, des manifestations ont lieu pour leur interdire de  faire telle ou telle chose, ça se répercute sur leur recherche d’emploi et leur niveau de vie, précaire.

La maman de Connor possède aussi des pouvoirs, travaille comme une forcenée dans une épicerie mais est très malade. Cependant ni elle ni son fils n’ont les moyens de payer les frais médicaux qui sont exorbitants. Cet événement va mené Connor vers le coté obscur et travailler pour Garrett, (Stephen Amell) un criminel.

Je vais m’arrêter dans l’explication du film et vous laisser le découvrir. En dire plus serait vous gâcher l’expérience.

Thèmes abordés

J’adore la Science-fiction car elle permet d’aborder mille sujets. Tout d’abord, celui de l’utilisation des machines au détriment de l’homme (ayant des pouvoirs ou pas),  la lutte des classes et la précarité de l’une par rapport à l’autre ainsi que la dichotomie entre le bien et le mal; la fin justifie-t-elle les moyens?

Ce film aborde ces sujets. Mais j’aimerais revenir sur ce dernier. L’écriture de ce film nous montre que de bonnes actions peuvent menés à de mauvais résultats. Le film nous met face un fil de funambule, l’équilibre est difficile à garder. Il joue avec celui-ci et nous met face à notre réalité. Que serions-nous prêt à faire pour aider un être aimé?

Le film est également parsemés de confiance, d’amour, de dépassement de soi.

Action!  

Après 20 minutes de présentation, l’action démarre. La tension est palpable. Il y a aussi quelques scènes d’apprentissages, comme un maître enseignant à un apprenti. Ces scènes sont parfois drôles, parfois inattendues et parfois explosives.

Peu d’éléments ne m’ont pas plus dans ce film, peut-être les intentions de grand vilain, qu’il est parce que … on ne sait pas. Pour les autres, on connait leur histoires, comment ils en sont arrivés là et où ils vont aller.

Ai-je aimé ce film ?

La réponse est un grand oui.

Allez voir ce film pour le jeu d’acteur, les thèmes abordés, l’action présentes. Vous ne vous ennuierai pas.

Publié dans Films et séries

After – chapitre 1, le film

Bonjour à tous et toutes,

!Risque de Spoilers si vous n’avez pas vu le film et/ou lu le premier tome de la saga. !

Aujourd’hui, je suis de retour pour vous parler du film que j’ai attendu tout l’automne 2018 et l’hiver 2019, After – chapitre 1.

After, chapitre 1 est un film qui est l’adaptation de la saga éponyme After d’Anna Todd.

Synopsis du film 

Depuis son plus jeune âge, Tessa était promise à un avenir tout tracé : une vie rangée, une brillante carrière, un mariage tranquille avec son fiancé de toujours. Jusqu’à sa rencontre avec Hardin à son arrivée à l’université. Grossier, provocateur, cruel, c’est le garçon le plus détestable qu’elle ait jamais croisé. Et pourtant, ce bad boy tatoué pourrait bien lui faire perdre tout contrôle…

Mon expérience littéraire et ciné 

L’été dernier, j’ai emprunté 5 ouvrages à ma meilleure amie, la saga After. Je l’ai dévoré puis j’ai découvert qu’un film allait sortir et j’étais tellement impatiente. Je voulais voir Hardin et Tessa. Je voulais entendre certaines phrases, admirer sa démarche et ses tatouages. Je voulais le comprendre. D’autres personnages m’ont fait penser à lui dans d’autres lectures, par exemple dans Begin Again. J’ai également voulu comprendre pourquoi certaines saga (littéraire) à succès sont descendues en flèche dés qu’on aborde le sujet d’une adaptation possible. Vous compreniez donc que j’étais impatiente.

Le 30 avril à 21h était venu le temps de récompenser ma patience. L’entrée du cinéma était bondée de personnes allant voir le dernier Avenger. La salle pour After était principalement composée de groupe de filles/ femmes ou de couple. J’y suis allée avec mon chéri pour avoir un vrai débat après le film. Il n’est pas du genre romance et n’a pas lu les livres.

Le film commence, on nous fait découvrir Tessa (son chéri Noah et sa mère) une fille rangée, calme, studieuse qui entre à l’université. On découvre sa colocataire au look et à l’attitude plutôt dévergondée et sur d’elle, tout l’opposé de Tessa. Elle croisera dés le début du film, le chemin de Hardin (OMG le yeux de Hero, on se noierait dedans) qui semble être un bad guy,tout ce qu’il y a de plus commun.

La première raison pour laquelle vous devez voir After est que l’histoire est passionnante. Comment deux personnes qui n’ont apparemment rien en commun peuvent s’apprivoiser et s’aimer. Le film ne traîne pas en longueur et va droit au but.

La deuxième raison est qu’on découvre des personnalités qui sont plus que ce qu’elles ne paraissent. Tessa est plus qu’une jeune fille bien rangée. Elle est aussi audacieuse et altruiste. Elle trouve le bon même dans les pies personnes (sauf Molly). Hardin est plus qu’un bad guy qui dragouille (Avouons-le, il n’a pas besoin de draguer, juste de regarder et pouf il a ce qu’il veut).

La troisième raison et pas des moindre, l’alchimie entre Tessa et Hardin. Pour moi, la scène du lac en est la meilleure preuve. on ressent chaque souffle,chaque caresse. On pourrait presque’entendre leurs pensées. Quand l’entracte à mis fin à cette première parti du film, j’étais hors d’haleine et apparemment je n’étais pas la seule. car qu’on l’entracte à couper le film, j’ai repris mon souffle.

anna-todd

Cette relation les pousse à être meilleur. (si on oublie pourquoi Hardin drague Tessa à la base) Ils se confient l’un à l’autre et se font grandir. Ils s’aident et s’écoutent. Une des scène qui le démontre le mieux est la scène de la fête de mariage de Mr Scott (le père d’Hardin mais aussi le recteur de l’université) et de sa femme (qui n’est pas la mère d’Hardin). Les paroles d’Hardin m’ont brisé le cœur, j’avais les larmes qui coulaient sans discontinuer.

Les quelques références littéraires à des classiques romantiques sont très plaisantes à entendre mais ne feront ni chaud ni froid à quelques qui n’en a pas connaissance. Ce qui me rappelle que quand j’ai décidé de faire des études de bibliothécaire -documentaliste, je rêvais de débat à propos de tel ou tel ouvrage comme Hardin et Tessa,au début du film.

Enfin, une bande son au petit oignon. Tout colle. J’ai redécouvert certaines musiques avec nostalgie. Certaines chansons étaient tellement bien choisie que si les paroles avaient été traduite au moment où on les entendait, je pense que certaines personnes dans la salle aurait mieux compris certains actes de Tessa et/ou Hardin. La seule qui me vient à l’esprit est Complicated – Avril Lavigne.

Rappel : Spoiler

Nous arrivons à la fin du film qui est quelques peu différentes de celle du tome 1. Personnellement que l’on passe sous silence la détresse émotionnelle de Tessa à la fin de ce film ne m’a pas choqué. La fin du film nous laisse sur une ouverture de discussion et peut être que l’on reviendra sur sa peine en début de chapitre 2. (La lettre/dissertation d’Hardin est très jolie et poignante).

after-dock

Autre petite précision, pour moi After n’est pas le « digne successeur » de 50 shades of Grey. Ce sont deux univers complètement différents. Oui, il y a une romance entre deux personnes que rien ni personne n’aurait peu prédire mais la comparaison s’arrête là.

Cette histoire, là où on l’a voit s’arrêter est une note d’espoir sur l’amour, la communication et peut être le pardon.

Je ne suis pas déçue d’avoir vu ce film.

Et vous l’avez-vous vu ?

Qu’en avez-vous pensé?

Publié dans Films et séries

Petit retour sur « Bohemian Rhapsody » de Bryan Singer

Bonjour à tous et toutes, 

Le 17 novembre dernier, je suis allée au cinéma. Sur place, mon compagnon me convainc d’aller voir « Bohemian Rhapsody » à la place des « Animaux fantastiques » (imaginez le débat). Je m’avoue vaincue et nous nous retrouvons dans la salle où la moyenne d’âge des cinéphiles étaient de 50 ans. (Je me sentait un peu seule). 

La salle est remplie. J’écoute un peu les conversations autour de moi, que des fans! (je me sens moins seule). Ils n’attentent qu’une seule chose, être emporté par Freddy et son groupe. Le film commence et nous voilà happé par l’énergie qui se dégage de Rami MaleK. 

Sauf que pendant le film, à aucun moment, on ne voit l’acteur. Il s’est complètement effacé derrière Freddy Mercury. Sa démarche, son attitude sur scène, ses mimiques, je voyais Freddy Mercury. Les autres membres du groupe ne sont pas en reste. Ben Hardy est un parfait Roger Taylor (batteur du groupe Queen). Joseph Mazzello s’efface derrière John Deacon et enfin Gwilym Lee pour interpréter le grand Bryan May.

Ce biopic de 2h15 retrace la naissance du groupe Queen, la vie de Freddy Mercury, son mode de vie et leurs shows à couper le souffle. En parlant de SHOW, les 20 dernières minutes du film sont dédiées au LIVE AID. Ces minutes sont magiques, je n’étais pas née lors de ce concert mais j’y étais. La carrière de Queen retracée en 20 minutes. Ces instants permettent de vacillé entre euphorie, frissons. On est y et ON CHANTE! Plusieurs personnes dont moi, je l’avoue, nous sommes surpris à fredonner puis chanter avec le groupe. 

Plusieurs références à POP-CULTURE sont faites dont une qui m’a fait mourir de rire. Mike Mayers fait référence au film Wayne’s wold et la scène culte de la voiture. JUSTE HILARANT. 

J’ai laissé ce film décanté pendant quelque jours pour être la plus objective possible mais qui peut être objectif face à un tel phénomène. 

J’adoré ce film et je le reverrai sans hésiter! 

Titres écoutés pendant l’écriture de cet article :  Queen – Live AID 1985 Full Concert (Best Version) (HD) 

C’était Ynowebookaddition

Publié dans Films et séries

Petit retour sur Venom

Bonjour à tous et toutes,

Ce dimanche 21 octobre 2018, je suis allée au cinéma pour voir Venom en 4Dx avec mon amoureux et mon frère.

C’est ma deuxième expérience avec la 4Dx. La première était pour le film Ready Player One, que j’avais adoré par ailleurs.

Venom, si je devais le décrire en quelques mots, je dirais drôle, efficace et dynamique, par sa mise e scène et ces scènes d’action.

Niveau action

Le film fait le travail. Il est tout ce qu’on attend d’un Marvel : dynamique, drôle et captivant. Cependant, certaines scènes sont parfois illisibles due à la rapidité et à la netteté des plans. Cela faisait un effet brouillon.

Niveau humour

Ce film est hilarant. Venom et Eddy (Tom Hardy) ont une relation très puissante. Ils sont là l’un pour l’autre. Eddy est la conscience de Venom. Venom est l’armure d’Eddy. A deux, ils forment une équipe de choc.

Le tout forme un film efficace, qui m’a beaucoup plus.

J’ajouterais que l’expérience en 4Dx rend le film plus captivant, attrayant.

P.S. Attention, pas d’entracte

C’était Ynowebookaddition

 

 

 

Publié dans Films et séries

Suicide Squad : Avis

Hello Hello

Hier soir, je suis allée au cinéma et j’ai visionné Suicide Squad. Mon avis global : Un film d’action qui fait son boulot.

Maintenant entrons dans le vif du sujet.

Au niveau des lumières, le film est très sombre. Après avoir vu la bande annonce, je pensais voir un film noir certes mais avec des couleurs vives mais il n’y en a que très peu.

En ce qui concerne la 3D, elle n’est pas vraiment utile à part quelques beau plan. Elle est parfaitement oubliable.

Maintenant le développement des  personnages. J’ai l’impression d’avoir vu « DeadShot » pas « Suicide SquaD »

Deadshot (Will Smith) n’a rien de méchant. C’est un film de méchants et ce n’est pas ce que j’ai vu. Batman passe pour le plus gros des enc*lé (vous verrez pourquoi) alors que c’est censé être lui le gentil.

Pour le reste du développement des personnages si ils ont droit à 5 minutes d’écran tout au plus. A part peut être Harley et le Joker.

Amanda Waller cache quelque chose et ça se sent dés le début et encore plus avec la scène Post générique.

Enfin, ça reste un film à voir. La franchise DC essaie tant bien que mal de surpasser Marvel et ce n’est pas encore réussi.

Ynowebookaddition