Publié dans Interviews

Interview avec Lidia Spolaor

Bonjour à tous et toutes,

On se retrouve aujourd’hui avec un genre d’article que je ne vous avais pas proposé depuis un moment. C’est le moment de vous faire découvrir une auteure que j’ai rencontré à la Chasse aux livres de Namur, organisé par couler comme l’ancre. Elle écrit a un « Les naufragés du temps » que l’auteure belge Lidia Spolaor a eu la gentillesse de me dédicacer.
Vous pouvez la retrouver prochainement au Salon du livre de Wallonie, à Mons.

Belle Découverte !

Peux-tu nous parler de toi et de ton parcours (études, métier, …) ?

Je m’appelle Lidia, j’ai 31 ans. Je me décrirai comme étant une rêveuse inconditionnelle, mais qui garde pied avec la réalité quand nécessaire. La littérature et le cinéma sont mes plus grandes passions depuis l’enfance. Mes parents possédant une imprimerie, j’ai toujours baigné dans l’univers de l’encre et du papier. Lors de mes études, effectuer un choix lié au secteur de l’imprimerie m’est apparu comme une évidence. C’est donc vers l’infographie que je me suis naturellement dirigée. J’ai obtenu mon diplôme avec qualification et ensuite je suis entrée dans l’entreprise familiale en tant que graphiste. J’occupe ce poste depuis maintenant dix ans et, cette fonction m’a, entre autres, permis de créer la couverture de mon premier roman, avec l’accord de mon éditrice bien entendu.

Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire et où puises-tu ton inspiration ? Quelle est ta relation à l’écriture? Est-ce que tu vis de l’écriture? 

L’envie d’écrire m’est venue en terminant mes études. J’ai été encouragée par ma professeure de Français qui avait eu l’occasion de découvrir ma plume en cours d’année. J’ai toujours été très inspirée par la littérature et le cinéma de façon générale. Mais ma plus grande source d’inspiration, ce sont mes émotions. Sans elles, ma plume manquerait d’essence. C’était un bon début pour me lancer dans l’écriture, par passion. Seulement, avoir envie d’écrire un roman c’est une chose. Atteindre son but en est une autre. Il faut avant tout parvenir à désacraliser l’écriture ce qui n’est pas une mince affaire. J’avais tendance à me sous-estimer, à me décourager à mi-chemin. Le manque de confiance finissait toujours par l’emporter.

Peux-tu nous parler du style de ton roman? Comment l’as-tu abordé ? 

Mon roman est un ouvrage principalement fantastique. Il jongle entre détente et réflexion, entre mystère et thématiques importantes de la vie. J’avais envie d’écrire une histoire centrée sur les émotions, mais je souhaitais l’aborder de façon métaphorique. Disons que j’ai écrit un récit que j’aurai aimé lire et pour cela, j’ai utilisé les ingrédients qui me plaisaient le plus.

As-tu des auteurs ou maisons d’édition chouchou ? 

J’ai eu un coup de cœur il y a quelques années pour la plume de l’auteur espagnol Carlos Ruiz Zafon. Sa tétralogie « Le cimetière des livres oubliés » m’a fortement marquée, par son ambiance brumeuse et gothique, son contexte historique et ses nombreux hommages à la littérature classique.

Comment est née cette histoire ? Peux-tu nous la speecher ? 

Cette histoire est née au cours d’un atelier d’écriture où je me suis inscrite quatre ans plus tôt. Mon intention était dans un premier temps de débloquer certains mécanismes liés à la construction d’un ouvrage, mais surtout d’affronter mes doutes et d’augmenter la confiance en moi nécessaire pour aboutir à ce type de projet. Au fil des exercices donnés par l’animateur, un début de roman s’est construit autour d’une image qui me hantait depuis plusieurs années, celle d’un magasin dont les étagères regorgeaient de cœurs en tout genre.
C’est ainsi que s’est développée l’intrigue « Les naufragés du temps ». Le roman raconte l’histoire d’une jeune femme enlisée dans une relation stérile, dont la vie bascule le jour où elle découvre une ville fantôme nommée « Espérance », un lieu étroitement lié à ses propres émotions.

Couverture. Livre publié aux éditions poussières de lune

Quel est le personnage auquel tu t’identifies et pourquoi ? Quel est ton personnage préféré?

Le personnage auquel je m’identifie le plus est mon héroïne : Alie. Elle contient beaucoup de moi. Sa fragilité, sa passion pour la littérature, son empathie pour les autres et son aptitude à faire passer besoin ses propres besoins en dernier. Mais le personnage que je préfère est celui de Jacob, le gardien du refuge des cœurs perdus, une boutique singulière située au centre de la ville fantôme découverte par Alie. C’est un homme empreint de sagesse qui a la parole et le silence juste. Il passe son temps à soigner les cœurs de sa boutique, il tente de guérir les blessures des autres quand lui n’a sans doute pas encore apprivoisé les siennes. En tout cas, pas totalement.

Quels sont tes sources d’inspiration autant au point de vue de l’histoire, que la mythologie que tu as créés ? 

Je m’inspire beaucoup de l’esthétique des films de Tim Burton ou Guillermo del Toro. Je suis fascinée par les univers sombres, le tragique et les films d’épouvante de manière générale. Tout ce qui fait appel à de fortes émotions. Pour ce qui est de la littérature, la plume de l’auteur Carlos Ruiz Zafon cité un peu plus haut a eu une grande influence sur moi.

Peux-tu nous parler de ta relation à l’édition? Ton parcours, comment as- tu découvert la ME dans laquelle tu es éditée ?  

J’ai découvert les éditions Poussière de Lune via une connaissance. J’ai eu l’occasion par la suite d’échanger avec un de leurs auteurs et de découvrir son œuvre qui m’a beaucoup plu. Quand j’ai eu terminé mon tapuscrit, j’ai décidé d’envoyer mon roman à quelques ME, principalement des petites structures. Je me disais qu’il y avait peu de chance pour qu’il soit accepté voir même lu dans les grandes maisons d’éditions, tant ils croulent sous les manuscrits. Sur les dix éditeurs que j’avais sélectionné, quatre m’ont répondu positivement.

Peux-tu nous parler de tes projets à venir? 

Je suis actuellement en train d’écrire le préquel de mon ouvrage « Les naufragés du temps ». L’intrigue se déroulera 50 ans auparavant et sera centrée sur les personnages secondaires du premier roman, dont Jacob, le gardien du refuge des cœurs perdus. J’y raconte entre autres le déclin de la ville d’Espérance qui, à l’époque, était tout un lieu tout à fait normal. Il y aura également des révélations supplémentaires sur un mystère qu’on pensait résolu. Les deux romans seront totalement indépendants, mais ils se complèteront l’un l’autre.

As-tu un petit mot pour conclure cette interview à nos lecteurs ? 

J’espère que cette interview vous a plus et que je vous ai donné l’envie de vous perdre dans
les brumes de la ville d’Espérance.

J’espère que cet entrevue t’a donné envie de découvrir Lidia et son univers fantastique. Tu peux la retrouver sur ces différents réseaux, notamment Instagram, au salon du livre de Wallonie en octobre 2022.

Tu peux également me suivre sur Instagram et découvrir Lidia et son univers autrement.

Ru

Publié dans Mes avis, Mes livres, One-shot

Pantin d’écriture d’Olivia Billington

Chers lecteurs et lectrices,

On se retrouve aujourd’hui pour que je vous parle d’une jolie découverte. J’ai découvert l’auteure via Instagram et le compte d’un auteur dont je vous ai déjà parlé Horizon Obscur – Tome 1 – Que toujours se dresse l’étendard par Thomas Baronheid

Titre : Pantin d’écriture
Titre en VO : /
Série : /
Auteur(s) : Olivia Billington
Genre : fantasy
N° de pages : 242 pages
Edition : Afnil
Publié le : 8 janvier 2022
Format : ebook (abonnement kindle) – broché
Prix : 14 €

Lire la suite de « Pantin d’écriture d’Olivia Billington »
Publié dans Lectures communes, Mes avis, Mes lectures, Mes livres, Sagas

Ne te fais pas prendre – tome 1 : Dépendance par Noémie Dargaud

Chers lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui, on se retrouve pour que je vous fasse découvrir une lecture en commun avec AuroreKarelle, une auteure que vous allez connaitre maintenant, à savoir Noémie Dargaud. Ici, une homoromance fantastique palpitante.

Titre : Dépendance
Titre en VO : /
Série : Ne te fais pas prendre
Auteur(s) : Noémie Dargaud
Genre : homoromance fantastique (Urban fantasy)
N° de pages : 475 pages
Publié le : 01 novembre 2021
Edition : auto édition
Format : ebook – broché – relié
Prix : abonnement kindle (5.99 €) – 16 € – 12 €

Lire la suite de « Ne te fais pas prendre – tome 1 : Dépendance par Noémie Dargaud »
Publié dans Mes avis, Mes lectures, Mes livres, Sagas

Les Chroniques de Télès – tome 1 : Le secret de Kellia par Gayls

Chers lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui, je vous parle d’un roman que je voulais lire depuis sa parution mais la vie a retardé ma découverte. Il s’agit du premier tome de la saga Les chroniques de Télès : le secret de Kellia écrit par Gayls paru chez les éditions Heartless.

Lire la suite de « Les Chroniques de Télès – tome 1 : Le secret de Kellia par Gayls »
Publié dans Mes avis, Mes livres, Sagas

Mirage’s memories – tome 7: Le sang de l’Honneur par Sandrine Decroix

Chers lecteurs et lectrices,

Est-ce vraiment étonnant que je vous partage mon avis sur le tome 7 de cette saga, qui deviendra un classique tels les Harry Potter, j’en suis entièrement convaincue! Bon 7 tomes, quand j’écris cette chronique, je suis à chaud, je viens de finir et GOD que c’était intense.

Titre : Le sang de l’Honneur
Titre en VO : /
Série
: Mirage’s memories
Auteur(s) : Sandrine Decroix
Genre : Fantastique (sous fonds dystopique)
N° de pages : 625 pages
Publié le : 03 octobre 2020
Edition : Heartless
Format : ebook – broché
Prix : 4.99 – 18 €

Lire la suite de « Mirage’s memories – tome 7: Le sang de l’Honneur par Sandrine Decroix »
Publié dans Mes avis, Mes livres, Sagas

L’appel d’Am-Heh- Tome 1 – Les chroniques occultes par Guy-Roger Duvert

Chers lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui, je vous parle de mon dernier service presse à savoir L’appel d’Am-Heh, le tome 1 de la saga Les chroniques occultes par Guy-Roger Duvert. C’est n’est pas un roman de science-fiction (que j’affectionne beaucoup) mais un roman fantastique.

Titre : L’appel d’AM-Heh (tome 1)
Titre en VO : /
Série : Les chroniques occultes
Auteur(s) : Guy-Roger Duvert (auteur et compositeur)
Genre : fantastique – aventure – mythologie
Publié : 02 mai 2021
N° de pages : 319 pages
Edition : autoédition
Format : Broché – Kindle
Prix : 19.99 € – 4.99

Lire la suite de « L’appel d’Am-Heh- Tome 1 – Les chroniques occultes par Guy-Roger Duvert »
Publié dans Mes avis, Mes livres, Sagas

Mirage’s memories – tome 6: Sur les traces du passé par Sandrine Decroix

Chers lecteurs et lectrices, bien le bonjour

Est-ce vraiment étonnant que je vous partage mon avis sur le tome 6 de cette saga, qui deviendra un classique tels les Harry Potter, j’en suis entièrement convaincue?

Déjà 5 tomes lus et chroniqués. Est-ce que mon tome 3, tome favori a été détrônés? Découvrez le en continuant votre lecture.

Warning ! Ce que vous allez lire est potentiellement spoilant !

Résumé

Phillys a unifié les peuples du Monde Connu. Mais, alors que se profile l’ultime combat entre Markk et la Mort, un nouvel ennemi sorti tout droit de son passé, ressurgit.
Confronté à celui qui a tout bouleversé dans sa vie et celle de sa famille, Markk devra rejoindre les Terres qui l’ont vu naître afin de reprendre la place qui est la sienne.

Couverture

Mon humble avis

Avant toute chose, je tiens à remercier l’auteure qui croit en ses chroniqueuse, qui accepte que l’on aime ou pas quelque chose ou que l’on ait pas accroché. Est-ce mon cas? PAS DU TOUT! Cette saga, je l’adore et je la recommande vivement pour son écriture, son univers, les thèmes abordés. Mais, je ferai probablement son éloge quand j’aurai terminé la saga. Plus qu’un !!!

Je remercie l’auteure pour ces « Précédemment dans Mirage’s Memories » au vu de la densité et de la complexité (pas compliqué mais bien complexe) des tomes au niveau des événements, des lieux et des personnages. On en a besoin. L’auteure nous gâte tellement que maintenant je cherche ces pages, pour la plupart inexistantes, dans d’autres sagas.

Le tome commence par une thématique fortement présente dans le tome précédent, à savoir l’Espoir : l’espoir dans l’innocence d’une personne, l’espoir d’une autre vie, d’une vie meilleure. Et tout de suite après, cette forme d’apaisement, une altercation entre deux personnages mortellement charismatique.

Le premier quart de ce tome m’a traumatisé. Je m’explique! Les personnages, ça fait 6 tomes qu’on les côtoie, qu’on essaie de les comprendre, qu’on voit leur évolution de caractère, de relations ainsi que leur amour et leur combativité. Mais notre auteure sadique préférée fait vivre à certains personnages, que je ne citerai pas, des moments traumatisants. Me sentant comme un membre de la famille, j’ai versé plus d’une larme : de tristesse, de peur, de joie.

Je dirais de cette saga qu’elle est chorale. Au sens propre du terme avec les différents points de vue de nos héros mais aussi on voyage entre les lieux, de nouveaux lieux que Sandrine nous dévoile avec finesse et poésie et le foisonnement de personnages chacun avec un objectif bien précis.

Vous pensez vous perdre dans Mirage’s ? C’est que vous êtes sur la bonne voie.

Au niveau de l’écriture, elle évolue. On se souvient que le premier tome est paru en 1992, a remporté le Prix Hugo et écrit par l’auteure à l’âge canonique de 16 ans. Une écriture fluide, agréable. Des longueurs de chapitres qui tiennent en haleine. Des révélations et rebondissements, il y en a et la première phrase du tome nous met en garde

«C’est lorsque nous pensons tout connaître, lorsque nous croyons être à l’abri du pire que notre monde s’écroule sous nos pieds. »

Ensuite, cette saga, ce tome regorge d’amour. Le vrai avec un grand A. L’amour de jeunes gens, l’amour entre deux frères mais aussi l’amour pour l’Humanité. Une forme d’altruisme, la réunification des peuples par Phillys et a donc accompli la Prophétie. Un rassemblement où chacun se bat pour la Vie.

Je me rends compte que cette chronique peut sembler longue. Alors, je vas essayer d’aller maintenant d’aller à l’essentiel. Ce tome traite pour moi avant tout d’héritage. Un héritage que l’on porte que l’on connaisse son passé ou pas. Un héritage qui nous forge et nous fait avancer. Un héritage que l’on se doit de transmettre.

Je dirais enfin (oui oui enfin) que nos héros doivent d’adapter. Encore : nouveaux lieux, amis, alliés (des vrais ou faut-il se méfier ?), ennemis. S’adapter à leur statut, à leur nouvelle vie.

Finalement, ce beau bébé de 515 pages, hors annexes (à partir de la page 469), est le pénultième de cette saga de 7 tomes. Concernant ces dernières annexes, on y trouve une chronologie détaillée, l’histoires des différents peuples, des tableaux, des illustrations, des croquis et plans ainsi qu’un lexique. Pour rappel, dés le premier tome, l’auteure nous met en contact en un vocabulaire propre à l’univers ainsi que des langues. Une preuve en plus de la richesse de cet univers, qui est de plus en plus fantastique, le monde dystopique servant de fonds à l’histoire.

Est-ce un coup de coeur ? OUI Est-ce que je vous recommande cette saga OUI. Est-ce que je vais lire la suite ? OUI Est-ce que mon pauvre coeur meurtri le supportera ? Je vais m’accrocher et lire le dernier tome de cette fabuleuse saga.

Publié dans Mes avis, Mes livres, Sagas

Nayra – tome 1 : Magie obscure par Maud Wlek

Chers lecteurs et lectrices,

Seriez-vous intéressé par un monde fantastique où magie et mystère règnent ?

Si c’est le cas, je vous propose de lire Magie obscure, le premier tome de la quadrilogie de Maud Wlek, Nayra lu au format autoédité de 223 pages. Je l’ai découverte grâce à Sandrine Decroix que je n’ai plus besoin de vous présenté. Maud Wlek est une auteure française influencée par Harry Potter dont le premier tome de Nayra est publié en 2013 puis réédité en 2015.

Mais de quoi ça parle Magie Obscure ?

Couverture

Jeune Française de dix-sept ans, Lana Wolski mène une vie plutôt solitaire dans la belle ville de Montauban, depuis la mort de sa mère six mois auparavant. Pourtant, son existence va se retrouver bouleversée à bien des égards lorsque son père se verra offrir une opportunité de travail qu’il ne pourra refuser, laissant à ses enfants John, Lana et Joy la possibilité de venir avec lui ou non. Lana choisira donc de suivre son père et son frère jusqu’à Williamstown, petite bourgade située dans le Massachusetts, aux États-Unis.[…] Entre sentiments d’amour confus, une amitié sincère et soudée, des menaces surnaturelles, et un quotidien d’adolescents Américains ; découvrez un monde où magie et mystère se côtoient, plongeant le lecteur dans un récit haletant et envoûtant.

Un voyage à vol d’oiseau de 5.814,45 km

Mon avis

Commençons par le contenu de la quatrième de couverture qui résume et hale le lecteur et je dois l’avouer m’a directement donner envie de lire ce livre. Je tiens également à remercier l’auteure pour sa confiance.

Alors, est-ce que ce premier tome m’a plu. La réponse est un grand OUI.

Dés les premières pages, en compagnie de Lana, on nous prend par la main pour nous faire découvrir sa vie d’adolescente sommes toute classique jusqu’à l’effroyable perte de sa maman. C’est un nouveau départ pour Lana ainsi que son père qui a trouvé un travail aux USA, son frère Tom qui les accompagne dans leur voyage pour y travailler ainsi que leur sœur qui décide de rester en France en Faculté.

Lana décide ainsi de faire son deuil par son choix. On voit au début du roman comment sa personnage à gérer son deuil. Ainsi, on voit Lana qui veut se faire de nouveaux amis de créer des liens avec Lucas et son mystérieux frère Alec et les inséparables Rosie et Jess. Elle deviens Cheerleader. Tout a l’air de bien se passer dans sa nouvelle vie dans le nouveau monde.

Mais Alec est-il bien ce qu’il prétend être? Je vous laisse le découvrir

J’ai aimé l’écriture de l’auteure. Des chapitres ni trop longs, ni trop courts. Parfait pour vous embarquer et ne pas vous laisser quitter ses personnages. 22 chapitres qui tiennent en haleine et qui donnent envie d’en savoir plus et heureusement, il reste 3 tomes.

J’ai aimé la mythologie singulière, particulière que l’auteure fait remonter en 1699. Ce récit déborde de révélations et de contre révélations qui rend difficile de faire confiance à certains personnages et nous sommes comme Lana dans l’attente, dans l’ombre, impatiente. Un brouillard et un questionnement constant qui rend la lecture addictive.

J’ai beaucoup aimé ce tome 1 que je vous recommande vivement !

Un enchevêtrement de magie et de mystère qui nous embarquent

Un coup de coeur !

Publié dans Mes avis, Mes livres, Sagas

Irish Coffee, La sorcière de l’hiver par Noémie Dargaud

Chers lecteurs et lectrices,

Je vous parle aujourd’hui de mon dernier coup de cœur. Ce roman m’a vivement été recommandé par Aurore. C’était un coup de cœur pour elle, ça m’a emballé. L’espace d’un instant, j’ai eu peur d’avoir trop d’attentes par rapport à ce récit et finir par être déçue. Spoiler alert : pas du tout! Ce roman Irish Coffee : la sorcière de l’hiver par Noémie Dargaud, publié le 07 novembre 2020, est un coup de cœur.

Avant de vous en dire plus, j’aimerais vous faire part d’une anecdote. Le soir où j’ai commencé ma lecture de ce livre, paraissait une vidéo YouTube de Cyrus North sur les méchants, que je vous invite à aller écouter. Elle est très intéressante.

Quatrième de couverture

Il était une fois, une gentille sorcière de l’été… bla, bla, bla, et PAF ! Apocalypse Now ! L’hiver vint !
Après un mariage annulé, une rupture plus que merdique, et une cérémonie de passation bafouée, je me retrouve dans le trou du cul des tourbières de l’Irlande.
Le froid coule dans mes veines et devient mon quotidien.
Gruagachs, Leprechauns, Púcas et autres créatures, tous me craignent.
Tous, sauf le sexy PDG de Bennett’s company qui semble bien décidé à mettre le feu à ma demeure comme dans ma vie.
Mais peu importe.

JE suis la terrible sorcière de l’hiver !

Et JE suis la méchante de cette histoire !

Couverture

Mon avis

Avant tout, je tiens à remercier l’auteure pour sa confiance, son temps (une interview bientôt) et sa compréhension.

Commençons par le début, ce roman a très bonne réputation et on comprend pourquoi, tellement il est addictif. Le speech de l’histoire est pour le moins original car nous suivons une méchante.

En effet, nous suivons les aventures de Bloom. Fille aînée de la famille, elle travaille dans la boutique familiale, va se marier à l’homme qu’elle aime et deviendra après une cérémonie de passation de pouvoir de sa mère à elle, la sorcière de l’été.

Mais la vie ne se passe pas toujours comme prévu. Un événement plus que douloureux va plonger Bloom dans une colère qui la verra passer du côté obscur et finalement deviendra la sorcière de l’hiver. Elle fera la rencontre de Morgan Bennett, PDG de Bennett’s Compagny avec qui elle passe un contrat grâce auquel nous pouvons découvrir un autre visage de la sorcière

Il n’ y a que les humains pour définir où commence la gentillesse de l’intérêt, la méchanceté de la nécessité

Assez parlé de l’histoire, qui soit dit en passant est assez addictive grâce à l’écriture fine de l’auteure, des chapitres courts bourrés de références culturelles : des créatures, des légendes, des films, de la musique. Cela permet d’avoir l’impression que cette histoire pourrait se passer près de chez nous et la rend réelle.

L’univers est riche de personnages haut en couleurs, des créatures, des folklores connus et méconnus. Certains éléments sont annotés en bas de page comme ci la sorcière nous donnait des détails pour avoir une vue d’ensemble de l’univers.

Morgan est un personnage charismatique et drôle. Quand Bloom est plus sur la réserve et ne dévoile pas facilement son jeu. Leurs échanges et leur relation sont attachantes et belles à voir évoluer.

Ce récit fantastique est un vrai page Turner. Une fois commencé, il est difficile de s’arrêter.

Je vous recommande ce roman si vous aimez les récits fantastiques où actions, relations humaines et aventures vont emportent vers un univers riche et beau.

Je vous conseille d’aller lire la Chronique d’une partenaire de ce blog :

https://passionlivresblogblog.wordpress.com/2021/01/05/la-sorciere-de-lhiver/#more-30089

Linktree de l’autrice : https://linktr.ee/dargaud.noemie.auteur

Publié dans Mes avis, Mes livres, Sagas

Gabriel Paulsen – tome 1 : l’illusionniste par S.T Blake

Chers lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui, je vais vous parler de mon dernier coup de coeur livresque. C’est n’est pas de la science-fiction ni de la dystopie mais du fantastique horrifique. Je n’en ai jamais lu mais la couverture ainsi que la quatrième de couverture ont attiré mon attention. Je tiens à remercier l’autrice pour sa confiance et son temps car elle a eu la gentillesse de répondre à mes questions.

Références de l’ouvrage

Couverture de l’ouvrage

Titre : Gabriel Paulsen

Sous- titre : l’illusionniste

Auteur : S.T Blake (autrice suisse)

Edition : auto-édité

Pages : 337

Pour acheter son livre : disponible

Quatrième de couverture

1998, les Îles Blanches, archipel entre le Royaume-Uni et la Scandinavie. Gabriel Paulsen, débauché notoire et écrivain sur le déclin a du mal à retrouver sa modeste gloire passée. Jusqu’au jour où il subtilise un journal mystérieux datant du dix-neuvième siècle. Dans ces mémoires, il croit enfin tenir sa chance de relancer sa carrière.
Mais c’est sans compter sur sa rencontre avec trois jeunes chasseurs de fantômes, stars du petit écran, qui l’invitent sur le tournage d’un reportage au sujet d’un crime atroce.
Rapidement, les évènements échappent à tout contrôle, les meurtres s’enchaînent et Gabriel découvre de terrifiantes similitudes entre la réalité et le journal dérobé.
Cette fois, il est peut-être allé trop loin, car ce n’est plus seulement sa carrière qui est menacée, mais sa vie et celle de ses équipiers…

Mon avis

Cette lecture est devenue grâce à la magie des réseaux sociaux une lecture commune avec Bookscritics. Avant de vous parler de l’histoire, je tiens à souligner que j’adore la couverture de ce premier tome et que j’ai hâte de lire les suivants. C’est ma première lecture dans ce genre littéraire, j’avais quelques a priori que j’ai bien fait de ne pas écouter!

Commençons par le début, nous suivons les aventures de Gabriel Paulsen, un écrivain alcoolique qui traine dans les bars, désagréable, qui n’a pus rien écrit depuis un moment et qui a globalement tout perdu. Charmants n’est-ce pas? Sachez que malgré mes incompatibilités de caractères avec monsieur Paulsen, j’ai adoré suivre ces aventures macabres grâce au travail d’écriture de l’autrice.

Il rencontre 3 jeunes hommes, 3 chasseurs de fantômes qui vont le convaincre de participer à leur émission Aventures paranormales, une émission populaire auquel participera Gabriel en tant que spécialiste et écrira peut-être ou pas (no spoil) un nouveau roman à succès. Trois jueunes ouverts d’esprits et ouverts au monde contre, si on peu dire, un homme relativement cartésien dont le travail est de jouer avec, entre autres, les légendes urbaines.

Au niveau de l’écriture, elle est percutante et impactante. Je vous ai sélectionné quelques citations et extraits. (que vous pouvez retrouver sur mon compte Babelio, je les ai post-iter). On retrouve des passages à l’écriture contemporaine et d’autres épistolaires, qui nous plonge dans le passé et qui forme à si méprendre un miroir avec les événements actuels.

Les descriptions sont justes. On est plongé dans l’ambiance grâce au texte et à sa précision. On ressent les émotions des personnages, mais aussi on voit les lieux. On sent le surnaturel, il y a une tension palpable. Les scènes de crimes macabres sont ressenties, il ne manque que l’odorama pour rendre l’expérience surréaliste.

Je ne vous en dis pas plus et espère vous avoir donné envie de lire ce super récit.

Je me suis pas mal amusée à mettre en scène ce roman. Quelques exemples postés sur Instagram

Je vous conseille ce roman pour une plongée dans un univers où le fantastique macabre côtoie des lieux magiques.