Publié dans Films et séries, Piles à lire

Ces films que je regardes une fois par an – Partie 2

Bonjour à toutes et tous,

Nous sommes, comme vous le savez, en confinement. C’est pourquoi, aujourd’hui, je vais vous parler de ces films que je regarde au moins une fois par an dont je ne me lasse et dont je pense, je ne me lasserai probablement jamais, deuxième partie.

Ce sont des films en vrac. Je ne les ai pas trier par genre ou catégorie. Vous pouvez retrouver la première partie ICI. 

Fight Club

Voici un film que j’ai découvert à l’adolescence. Mais attention, la première règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club. La seconde règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club. Troisième règle du Fight Club : quelqu’un crie stop, quelqu’un s’écroule ou n’en peut plus, le combat est terminé. Quatrième règle : seulement deux hommes par combat. Cinquième règle : un seul combat à la fois, messieurs. Sixième règle : pas de chemise, ni de chaussures. Septième règle : les combats continueront aussi longtemps que nécessaire. Et huitième et dernière règle : si c’est votre première soirée au Fight Club, vous devez vous battre. [Brad PittFight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls]. 

Cette réplique est issue du film sorti en 1999 de David Ficher qui est l’adaptation du roman éponyme de Chuck Palahniuk, sorti en 1996, Fight Club ! Au casting, Brad Pitt dans le rôle de Tyler Durden, Edward Norton dans le rôle du narrateur (Jack ou Joe dans le roman) et Héléna Bonham carter dans le rôle de Marla Singer.

Ses répliques, son ambiance, la manière brutal qu’à le film a de nous monter que la société bat de l’aile, … une histoire sombre, bouleversante, captivante. La narrateur « Jack » (Edward Norton) s’ennuie. Il n’a aucun projet, aucun but. Il rencontre Tyler Durden. Ils vont boire un verre et ma réplique préférée arrive.

– On est des consommateurs. On est des sous-produits d’un mode de vie devenu une obsession. Meurtres, banditisme, pauvreté, toutes ces choses ne me concernent pas. Ce qui me concerne moi ce sont les revues qui parlent de stars, la télévision avec 500 chaînes différentes, les slips avec un grand nom marqué dessus, le viagra, les repas minceurs…
– Madame Propre ?
– J’emmerde madame Propre ! Madame Propre elle astique les cuivres du Titanic ! Tout est en train de couler, mec. Alors merde ! j’emmerde tes canapés à motif, tes strings à rayures vertes bordel ! Moi je te dis ne soit jamais complet, je te dis arrête d’être parfait. Je te dis qu’il faut évoluer et que ce qui doit arriver arrive.

J’ai vu le film avant de lire le roman. Ensuite, j’ai re-regardé le film. Ils nous portent tous les deux dans une ambiance de révolte, de projet, de combat et de ne jamais s’arrêter malgré la difficulté. C’est ce que j’ai décidé de retenir de cette expérience.

Le cercle des poètes disparus

Comment parler de mes films préférés sans parler du « Le cercle des poètes disparus » ou Dead Poets Society

En 1959, aux États-Unis, Todd Anderson, un garçon timide, est envoyé dans la prestigieuse académie de Welton, réputée pour être l’une des plus fermées et austères du pays et où son frère aîné a suivi de brillantes études. Il y fait la rencontre d’un professeur de lettres anglaises aux pratiques pédagogiques plutôt originales, M. Keating, qui encourage le refus du conformisme, l’épanouissement des personnalités par la vie en poésie, l’art de profiter de l’instant présent et le goût de la liberté. Certains élèves vont redonner vie au cercle des poètes disparus, un groupe d’esprits libres et oniriques. 

Ce film  représente mes premiers amours littéraires. Et vous, que représente-il pour vous?  Ho capitaine, mon capitaine !

Hook ou la revanche du capitaine crochet

Robin Williams, que dire? C’est homme est génial, a un talent de fou. Ma réplique préférée est :  » Crochet,  Crochet , j’t’ai accroché » . Ce film de 1991 par Steven Spielberg, je le regarde à chaque fête de fin d’année? Et vous ?

Légendes d’automne

Magnifique romance avec Brad Pitt, ce film de Edward Zwick  sorti en 1995 montre entre autres les ravages de la guerre sur un homme.

Le synopsis est le suivant : Au cœur des contrées sauvages du Montana, trois frères, Alfred, Tristan et Samuel sont élevés par leur père, le colonel William Ludlow et ses amis indiens. Un jour, Samuel, le plus fragile, présente sa ravissante fiancée, Susannah à sa famille. Les trois jeunes hommes s’engagent dans la première Guerre Mondiale et Samuel décède sur le champ de bataille. A leur retour, Tristan et Alfred se battent pour conquérir le cœur de la belle veuve.

Je vous conseille la vidéo d’une amie pour vous mettre dans l’ambiance : ICI

La deuxième partie est terminée. Quels sont les films que vous regardez au moins une fois par an? Des films cultes ou inconnus ? Des répliques vous ont-elles marqués et forgés l’adulte que vous êtes aujourd’hui ?